1944 : Race to the Rhine
This game has been added to the database at May 25, 2014

edition 2014
Par Jaro Andruszkiewicz and Waldek Gumienny
Illustré par Piotr Slaby
Édité par Asyncron Games, Phalanx Games and Diablos Polacos
Distributed by Asyncron Games

Standalone 1 extension
Achetez le sur
Button to buy on PhilibertButton to buy on Amazon

Excellentissime et... méconnu

Pour ceux qui aiment les jeux-puzzle, l'asymétrie, la planification "ça passe ou ça casse" et la logistique, mais aussi se frayer un chemin dans des parcours multiples, la tension de la course, la confrontation indirecte retorse (ah les contre-attaques allemandes !), les impondérables du thème, l'Histoire et le traitement adulte de l'Histoire, un regard et des choix artistiques qui se démarquent du tout-venant "ravi de la crèche" des jeux de société contemporains, alors... "Race to the Rhine" (RttR) vaut qu'on s'y presse ardemment !

Un jeu d'une grande classe ; original et incisif, casse-tête et immersif.

Il faut néanmoins savoir que RttR ne se livre pas d'emblée : les règles ne sont pas difficiles mais il faut plusieurs parties pour intégrer toutes les subtilités de la mécanique et apprendre à programmer ses coups de façon optimisée (l'opportunisme dans le jeu existe mais ne suffira pas pour remporter la victoire sinon par coup de chance face à des débutants, et donc sans mérite aucun), et encore quelques autres pour comprendre comment bien jouer chaque général allié. Car l'asymétrie ici est dirigiste (il faut l'accepter) : il n'y a pas mille manières de jouer sa couleur, chacune est un style de jeu, un scénario en quelque sorte, avec son ouverture.
Il faut donc parvenir à identifier les sous-objectifs tactiques de son couloir de progression, sous peine d'avancer au petit bonheur la joie, patiner dans la semoule et au final avoir la sensation de subir l'aléa (qui est en grande partie contrôlable, et plus encore avec la mini-extension "Red Ball Express") et les contraintes logistiques. Cela ne peut se faire qu'au fil d'un apprentissage.

RttR est donc un jeu qui se mérite. En ce monde de jouissance des danaïdes cela en arrêtera plus d'un.
Mais une fois ce cap franchi (on prend du plaisir aussi dès la première partie hein, pour peu qu'on aime les trucs évoqués plus haut), la frustration devient pure stimulation, le jeu funambulesque et l'interaction savoureusement tendue – si tant est que les joueurs soient de niveau égal.

Passé injustement sous les radars (au profit du pénible "Quartermaster" ?), RttR tranche pourtant avec brio sur l'utilisation majoritairement stéréotypée, et donc rassurante, de l'Histoire dans le jeu de société, décorum perpétuel de nos fantasmes d'enfants-rois. Ici, nous voilà dépaysés tout en étant ramenés à la réalité.
Dès lors, exotisme youpi-kaï/sombre-geek et mécanos ludiques aux thèmes flottants sont renvoyés à leur platitude. Le réel, messieurs-dames !


NB : en dépit des apparences et afin de dissiper tout malentendu, ce jeu n'est PAS un wargame (les joueurs sont dans le même camp ; on fait la guerre ensemble contre le jeu, mais le combat en tant que tel n'est pas au centre du gameplay).

 See other reviews...

Comments

Default