This game has been added to the database at Oct 6, 2015

edition 2015
Par Pierluca Zizzi and Andrea Chiarvesio
Illustré par Mariano Ianelli
Édité par What's Your Game?

Standalone
Achetez le sur
Button to buy on PhilibertButton to buy on Boutique LudiqueButton to buy on Amazon

Tous les chemins mènent à Rome

Vous êtes le seigneur d’une riche famille italienne durant la période de la renaissance. Mais vous désirez encore plus de richesse et rêvez de plus de pouvoir ! Alors, en bon patriarche qui se respecte, vous allez envoyer les hommes de votre famille aux quatre coins du pays, les destinant à des carrières politiques, cléricales ou militaire. Toujours afin de servir vos dessins et assoir votre réputation. Pour les femmes un mariage arrangé assortie d’une dote conséquente feras l’affaire. Dans Signorie le thème est relativement bien plaqué et rend un ensemble assez cohérent pour un jeu, il ne faut pas s’y tromper, purement mécanique.

Chaque tour le premier joueur jette autant de dés – pour chaque couleur – que de joueurs. Le cœur du jeu repose sur le choix des dés et les actions qui y sont associés. Pour chaque dé trois possibilités ; soit effectuer l’action principale, soit embaucher un assistant qui auras un effet sur le dé à sa gauche, soit faire un mandat vous permettant de troquer des hommes et des femmes de votre famille – ce n’est pas du jolie – contre un bonus. Le jeu promet quelques choix bien cornéliens. Cependant une des limites de la mécanique est que les assistants ne changent pas au gré des parties – contrairement aux mandats qui changent au tour le tour. Par conséquent le mécanisme devient rapidement assez scripté, les seigneurs empruntant toujours la même voie pour parvenir à leurs fins. Noter aussi que le jeu à un coté assez arithmétique, pour qui n’aime pas compter cela peut s’avérer pénible. En revanche le jeu permet une interaction forte entre les seigneurs, chacun voulant effectuer la meilleure action mais aussi nuire le plus efficacement à ses voisins.

Graphiquement, même si ce n’est pas aussi moche qu’un jeu de Klemens Franz, il n'en est pas éblouissant pour autant. L’ensemble ressort assez terne et fade. Un choix artistique plus tranché dans le style de la renaissance – avec des hommes tout nus – aurait été plus drôle, plus coloré et plus dans le thème tout simplement.

Signorie n'est donc pas une œuvre d'art digne du plafond de la chapelle Sixtine. Il reste néanmoins un bon jeu de réflexion, agréable dans sa mécanique, cornéliens dans les choix qu’il propose, mais qui montreras rapidement ses limites. Les chemins qui mènent à Rome n’étant pas… légions.
 Pros
 Cons

 See other reviews...

Comments

Default