Avec un peu de recul

on Scythe
8,3
Cela fait maintenant un peu plus d'un an que Scythe est disponible pour les joueurs français. Encensé à sa sortie il se classe désormais dans les meilleurs jeux de tous les temps (BGG) et continue de bénéficier d'une aura très favorable.

J'y ai joué une ou deux fois dès sa sortie et relativement régulièrement depuis pour atteindre aujourd'hui une dizaine de parties. Si je n'ai jamais été sous le charme j'ai toujours considéré que le jeu était très bon. Servi par une édition de grande qualité avec des mécaniques ludiques solides et efficaces.
Mais au fil des mois j'ai aussi constaté un essoufflement de l'engouement autour du jeu, pas seulement dû à l'arrivée incessante de nouveauté.


Scythe a en effet, au delà de toutes ses qualités, quelques défauts indéniables.

Il manque cruellement du souffle épique que pourrait laisser augurer le matériel. Le jeu n'est que programmation, planification, calcul. Les affrontements sont rares et leurs résultats sans surprise. Cela détourne rapidement du jeu les amateurs de grandes épopées avec leurs doses de hasard, de chaos et de retournement de situation.

La première partie est souvent douloureuse car il faut un peu de temps pour organiser et optimiser toutes les actions proposées. Il est conseillé d'avoir un cerveau scientifique qui apprécie les réglages de procédures (un jeu d'ingénieur).
Les parties suivantes, pour ceux qui s'accrochent, sont plutôt agréables car on réussit souvent à mettre en place un moteur efficace et la partie devient alors une course vers la victoire.

Puis au bout d'un certain nombre de parties (une dizaine pour moi) peut apparaitre une certaine lassitude car mêmes si les plateaux et les factions proposent des démarrages asymétriques on en revient toujours à résoudre une petite équation de départ entre quelques paramètres (ressources de la zone départ/capacités de la faction / actions les plus rentables du plateaux). Cela propose des démarrages techniquement différents mais qui procurent toujours les mêmes sensations (à fond sur les améliorations ou sur les méchas ou sur les bâtiments ou...).

L'interaction est quasi nulle a tel point que le seul élément réel d'interaction (obtention d'un bonus avec l'action de ses voisins) est souvent oublié tellement chacun est concentré sur son plateau.
On déroule sa partie et quelques minutes avant la fin vient la phase affrontement/développement territorial, rapide et opportuniste.

Le jeu est infiniment plus proche de Terra Mystica que de Kemet ou Clash of Cultures. Mais il n'offre pas la même variété et profondeur stratégique que les 14 peuples de Terra Mystica, jeu qui n'a jamais revendiqué de caractère épique.
Le jeu a également d'autres points faibles à mon goût : à deux l'interaction est encore plus faible (comme dans Terra Mystica) et la configuration idéale est 4 ou 5 (même si à 5 les parties peuvent être longues).

Au bout d'un an je considère toujours Scythe comme un bon jeu, j'y joue avec plaisir à l'occasion mais il est loin de figurer parmi mes jeux favoris. Et je constate que cette opinion est relativement partagée par les joueurs qui m'entourent.
J'éprouve des sensations équivalentes avec Terraforming Mars (jeu très différent) mais je suis obligé de constater un réel engouement qui perdure autour de TM (presque une addiction pour certains) alors que pour Scythe le soufflé est un peu retombé.

Comments (3)

Chakado
Chakado
Je me retrouve totalement dans cet avis sur Scythe, nuancé et argumenté. Merci d'avoir pris la peine de rédiger ce texte.
(A part que moi j'aime toujours autant Terraforming Mars après des dizaines de parties)
Harry Cover
Harry Cover
non ! moi aussi ....
adesco
adesco
............ alors que pour Scythe le soufflé est un peu retombé.........
c'est toi qui le dis !
Default