Monsieur Phal

Zéro Zéro, le plan cartésien en jouant

Zéro Zéro, le plan cartésien en jouant

Je ne sais pas si c'est une vraie tendance ou si Tric Trac devient une évidence pour communiquer et plus seulement pour 3 éditeurs très au fait de web, mais le nombre d'auteurs qui passent le cap et deviennent éditeur est assez étonnant. Tenez, pour confirmer cela, voici "Zéro Zéro".

"Zéro Zéro" est un jeu de Rémi Lavoie et Max Chagnon. Ils ont créé leur jeu et hop, ils montent JeuxZeroZero et l'édite.

"Zéro Zéro" est un jeu de déplacement à base de dès. Un plateau avec des cases. Quatre coins, quatre objectifs. À son tour, le joueur actif lance les 4 dés (2 dés numérique 1 à 6 et 2 dés + et -). On associe les résultats des dès noirs (1 numérique et un +/-) et les résultats des dés blancs ensemble aussi, du coup (1 numérique et un +/-). Cela va indiquer les mouvements possibles pour l'un de vos 4 pions (à condition qu'au moins l'un d'eux soit sur le plateau, oui, il faut faire un 1 oui un 6 pour entrer un pion sur la case "0,0" au centre du plateau). Donc, si vous lancez, par exemple, -3 / +6, vous pouvez déplacer un pion soit de 3 vers la gauche et 6 vers le haut soit 6 vers la droite et 3 vers le bas. Bien sûr, il y a des cases sur lesquelles il va se passer des choses si vous vous arrêtez dessus. Bien sûr, vous pouvez passer sur un pion adverse, ce qui aura pour effet de le zapper du plateau. Bien sûr, si vous faites un double, vous rejouez...

Oui, mais comment je gagne ?
Chaque joueur à 4 pions à sa couleur. Au quatre coin du plateau se trouve une destination. Un volcan, la plage, l'igloo et le parc d'attraction. Lorsqu'un joueur a amené un de ses pions sur chaque destination, il est déclaré "Grand Vainqueur".

Une façon de renouveler les petits chevaux avec un plus. Pourquoi ? Parce Rémi Lavoie et Max Chagnon sont conseillers pédagogiques de la région de Montréal et qu'ils ont développé "Zéro Zéro" avec un objectif pédagogique suivant la réforme scolaire (du Canada j'imagine). L'idée, faire découvrir le plan cartésien et les axes de coordonnées X et Y aux enfants. Pas mal comme idée...

Pour en savoir plus, ils ont un site : cliquez là !
et la règle complète en français est en ligne : cliquez ici !

Par contre, pour le trouvez en France ou en Europe c'est sans doute une autre paire de manche...

"Zéro Zéro"
un jeu de Rémi Lavoie et Max Chagnon
pour 2 à 8 joueurs
à partir de 10 ans
chez JeuxZeroZero
Sortie : là, enfin dans la région de Montréal.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Games this article speaks about

Comments (3)

Default
filou
filou

Bon, il ne faudrait pas abuser des généralités du genre "les canadiens aiment les petits chevaux"... Je connais des français qui aiment des variantes 3ième millénaire des Échecs! ;)

Ceci dit, les auto-éditions pleuvent ces temps-ci au Québec. D'abord KASL, puis J'te Gage Que!, puis Stratagame pour finir avec Zero Zero. Tout ça en moins de 6 mois. Étant donnée la population ici, on peut dire que c'est un phénomène assez particulier.

De façon intéressante (et un peu troublante), beaucoup de ces auteurs ignorent presque tout des jeux de société modernes...

Budnic
Budnic

Je ne connais pas le tijou mais je connais le jeu de Tock, qui est aussi une variante des petits chevaux (pas de dés, on joue avec une simple jeu de cartes)...

A part ça, je trouve l'idée de base assez bonne mais, vu l'objectif pédagogique, ce jeu aurait dû être édité par le ministère de la culture et de l'éducation natioanle locale...

Sinon, peut-être pas évident à faire venir mais pas trop difficile à fabriquer soi-même, non? Pourquoi ne l'ont-ils pas mis en ligne en version à télécharger? Ils espèrent faire de la thune?

Le plateau est joli.

BONY
BONY

c'est marrant la passion des canadiens pour les petits chevaux... ils ont déjà fait le tijou, une abomination ludique (a mon gout) qui n'est qu'une variante avec des cartes des petits chevaux... alors j'espere sincerement et avec beaucoup de curiosité aussi, que zéro zéro n'est PAS qu'une variante sur les petits chevaux...

En tout cas, encore bravo pour les autoediteurs, toujours autant de respect envers eux... et d'envie aussi.