Monsieur Phal

The Hobbit : An Unexpected Journey - Le jeu de cartes

The Hobbit : An Unexpected Journey - Le jeu de cartes

Qui c’est qui va manger du Hobbit matin midi et soir ? C’est nous… Oui. Celui qui ne sait pas que sort cette semaine, au cinéma, le premier volet de la seconde trilogie de Peter Jackson doit vivre dans une bulle, coupé de tout. Ce qui n’est pas notre cas chez Tric Trac. D’ailleurs, nous avons vu arriver quelques jeux, déjà, sur le thème. Et là, c’est au tour de "The Hobbit : An Unexpected Journey - Le jeu de cartes" de se poser sur les étals de nos boutiques.

"The Hobbit : An Unexpected Journey - Le jeu de cartes", voilà, vous en conviendrait, un très long titre. Mais c’est normal, il faut tout mettre dedans pour savoir de quoi il est question. Donc, nous retrouvons le nom du film complet « The Hobbit : An Unexpected Journey », mais en anglais. Parce que le jeu est international en plusieurs langues, dont le français. Mais ils n’ont traduit que le type de jeu qui est au bout du nom « Das Kartenspiel ». Mais en tout petit, à côté de l’italien, de l’anglais et du néerlandais. Mais au moins, on sait qu’il s’agit d’un jeu de cartes.

Ce qui est important, c’est de savoir que la mécanique est signée Reiner Knizia et qu'il est édité par Ravensburger. Donc, nous sommes face à du facile, mais très efficace. Parce que le Maître Reiner n’est pas le premier venu. Il connaît parfaitement l’univers de Tolkien, puisqu’il a bien du bosser sur 10 jeux sur la licence. Et il connaît parfaitement ses cibles, parce qu’il a bien du bosser sur des centaines de jeux pour tous les types de joueurs que la terre peut porter.

Là, nous sommes dans du simple, mais pas bête. De l’efficace. Cela ne saute pas aux yeux au premier abord, parce queuuuuuu…. Comment direuuuu….. Disons que le matériel est de qualité. De bonnes cartes de bonnes factures. Mais qu’au niveau des illustrations, ils ne se sont pas foulé le pouce et l’index en bossant dessus. Une simple mise en forme des photos du film, pas très bien détourées… Bon, il faut dire que bosser sur une licence pareille, cela ne doit pas forcément être très évident. Obtenir des choses, du matériel, des éléments… dans les temps, ça doit rendre fou. Du coup, on a un petit pincement aux yeux quand on sort le matos. Mais, vous allez voir, cela est vite effacé par la mécanique qui tourne.

Default


Le principe est simple, et Monsieur Knizia l’avait déjà un peu utilisé dans un autre jeu qui rendait hommage au second film de la première trilogie. Chaque joueur va avoir un set de cartes identiques en main. Ces cartes représentent la compagnie des nains, plus Gollum et Gandalf, et possèdent une force et un pouvoir spécial. On va poser sur la table une carte lieu sur laquelle on va mettre des pierres. Chaque joueur, à son tour, va jouer une ou plusieurs cartes de sa main et la poser de telle sorte qu’au final on entoure cette carte lieux totalement, c’est à dire avec 9 cartes nains. On va avoir le droit de recouvrir les cartes déjà en place si l’on respecte la hiérarchie. Par exemple, on ne recouvre pas un nain avec Gollum. Malheureux !

Quand une carte lieu est entièrement entourée, on procède au partage des pierres. Le joueur qui a le plus de force autour du lieu va prendre la plus grosse part indiquée sur la carte, le joueur qui est second prendra le reste… Le joueur qui a gagné la plus grosse part aura le droit de prendre la carte lieu suivante et la posera en jeu. Généralement à un endroit qui l’intéresse, un endroit où il est bien installé. Salaud de joueur.

L’astuce, la frustration, le plaisir… viennent du fait que tous les joueurs ont un set de cartes identiques, mais qu’on en a que 5 dans la main. C’est peu. Surtout que l’on peut jouer les 5 à son tour ! Comme un violent. Mais plus vous en jouez, moins vous en aurez pour la suite… Surtout les bonnes. Et si vous n’en avez plus avant la fin, les autres en auront. Eux. Et là, les joueurs aguerris ont déjà capté la fourberie de la chose. Oui, c’est un jeu d’opportuniste avec du couinage dedans. Parce qu’il y a une part de hasard, parce qu’on pioche ses cartes au fur et à mesure, et on n’a jamais ce qu’il nous faudrait au bon moment. Mais les cartes qui ne sont pas là maintenant, viendront après, et si vous êtes malin…

Les cartes ont des pouvoirs spéciaux, simples. Ils sont simples. Mais important. Vous ne serez pas noyé sous les enchainements. Non. C’est un jeu facile, familial, mais qui peut donner du fil à retordre si on la joue chafouin.

Si vous voulez voir ce que cela donne, Monsieur Patrick d’Oya est venu nous faire une démonstration pour la TiTiTiVi. Parce que le jeu n’est pas disponible en France via Ravensburger. Non. C’est surprenant, mais c’est comme ça. Donc, pour que nous puissions y jouer, c’est Oya qui s’occupe de le distribuer aux boutiques spécialisées chez nous. Une boite coute moins de 15€, ce qui pour 80 cartes et 44 pierres précieuses n’est pas très cher…

La règle en plein de langue, dont le français, par ici !
La TiTiTiVi de la partie, c'est par là !

"The Hobbit : An Unexpected Journey - Le jeu de cartes"
un jeu de Reiner Knizia
pour 2 à 4 joueurs
à partir de 8 ans
pour des parties de moins de 30 minutes
chez Ravensburger
Prix : moins de 15€
Sortie : déjà là !

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Comments (5)

Default
Galagala
Galagala

Par économie sans doute, on a effectivement droit à des photos du film. Dommage, ça me rebute complètement. Il y a tellement mieux à faire sur l'univers de Tolkien!

Kerquist
Kerquist

La mécanique du jeu a l'air sympa.

Mais comme toujours avec le bon Dr Knizia, le thème est complètement plaqué.

grissom
grissom

Le graphisme des cartes est franchement bof, ça ne fait pas spécialement envie.

Yomgi44
Yomgi44

En effet, c'est le problème de tous les jeux illustrés avec un style "photos d'albums panini"...

Je trouve les 3 derniers jeux d'Oya présentés sur la TTTV (Spectaculum, Siberia et celui-ci) très pauvres graphiquement...

Sthorm
Sthorm

Hum... j'ai comme l'impression que les jeux de cartes à base de Hobbit ont vraiment tendance à être aussi moche les uns que les autres. :(