Docteur Mops

"Skycrapers", on y revient

"Skycrapers", on y revient

Un petit retour pendant une phase d’accalmie avant les nouveautés de la fin de semaine pour présenter un jeu bizarre passé un peu inaperçu : "Skycrapers".

Et pourtant, il est bien en français (entre autres langues) avec un jeune et beau frenchy : Christophe Boelinger et un bellâtre intellectuel italien : Andrea Mainini.
Seulement voilà, l'éditeur c'est Sirius et Sirius n'est autre qu'une branche ludique de l'éditeur russe Zwezda que certains connaissent mieux pour leurs boîtes de figurines et d'autres pour leur version russe de jeux français comme ... "Skaal". Par exemple. Au hasard.

Alors pas la peine de courir vers votre boutique préférée car côté distribution ce n'est pas encore ça.
Mieux vaut pour l'instant voir avec les boutiques qui font de l'import en attendant qu'un distributeur français s'intéresse à la chose (message non subliminal).

Alors qu'a t-il de si spécial ce jeu ?
"Skycrapers" est un jeu de construction tactique qui vous mets au commande d'un chef de chantier qui doit œuvrer à bâtir une construction assez... particulière.
Le tout en évitant que les ouvriers se cassent la figure, ce qui est très préjudiciable à la bonne humeur sur le chantier et à votre victoire dans le jeu.

Default


Chaque joueur commence la partie avec 6 ouvriers et une main de cartes-tuiles, chacune représentant un morceau de la structure de construction.

Muni de ceci, votre but va être de marquer le plus de points. Ces points vous seront attribués en ajoutant de nouvelles tuiles à la construction et en ayant vos ouvriers placés en haut de la bâtisse en fin de partie.

A chacun de vos tours, vous aurez 3 actions possibles parmi celle-ci : Engager un ouvrier, construire et déplacer un ouvrier.

Engager c'est simple, un ouvrier de votre équipe vient se placer près d'une tuile de la base du bâtiment. Celle-ci se reconnaissent car elles ont de l'herbe dessus.

Déplacer c'est simple aussi, une tuile c'est un déplacement, monter ou descendre d'un niveau aussi.

Default


Pour construire, il vous faudra amener une tuile pour enrichir la structure. Les tuiles se fixent entre-elles avec un système de rivets. Des règles de construction sont à respecter. Par exemple, au moins le dessin d'une poutrelle doit prendre place en face d'une de celle existante.
D'ailleurs, plus vous aurez de poutrelles compatibles plus vous marquerez de points.
Mais surtout, pour construire, il faut qu'un ouvrier soit présent à l'endroit que vous convoitez.

Sur certaines cartes apparaissent un dessin d'ouvrier. Ces cartes sont plus difficiles à placer car vous devrez respecter le sens du dessin (c'est un peu comme le sens de la vie mais en plus clair). Par contre, une fois placées, elles rapportent un point supplémentaire.

Et parfois le drame arrive car un ouvrier se casse la figure tandis que vous essayez de clipser une nouvelle carte.
C'est très mal !
Vous perdez immédiatement 5 points et le joueur qui a perdu son ouvrier en reprend un qu'il place où il le souhaite.
Où il le souhaite ?
Oui. Vous imaginez donc bien que des patrons très retords vont placer des ouvriers suicidaires dans des équilibres précaires pour embêter les joueurs suivants.

Et il n'y a pas que les ouvriers qui se cassent la figure. Parfois c'est un pan entier du bâtiment qui flanche. Et là aussi c'est le drame car le joueur responsable est éliminé de la partie. Zou !
Perdre un ouvrier ça arrive mais casser le matériel c'est vraiment moche.

Alors le jeu s'arrête quand ?
Dès que vous placez votre dernière carte, la partie s'arrête et il gagne 5 points.

Tout ça me parait très bon esprit.
Bientôt une Tric Trac TV...

"Skyscrapers"
Un jeu de Christophe Bouygues Boelinger et Andrea Mainini
Illustré par Vladimir Nartov
Publié par Sirius
Distribué mal
Pour 2 à 4 patrons d'au moins 8 ans
Durée estimée de partie : 40 cm
Disponible mais pas beaucoup dans les 30€

Default

Le grand patronat en action : Andrea Mainini & Christophe Boelinger

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Games this article speaks about

Comments (10)

Default
krka
krka

Tester à Cannes en 2009.

Je suis encore une fois impressionné par la diversité et la qualité des créations de Christophe Boelinger.

Bravo !

Sleuthy
Sleuthy

Pour une fois qu'un jeu de placement d'ouvrier n'est pas un jeu de cubes en bois...

;-)

Docteur Mops
Docteur Mops

Christophe Boelinger possède, en effet un proto avec un matériel similaire plus orienté badaboum avec une catapulte.

fabienM
fabienM

Je ne voudrais pas chipoter mais normalement le bellâtre italien standard a les cheveux long gominés non?

ladaline
ladaline

A l'asmoday, il y avait un jeu avec le même système de cartes et de clip, mais c'était un chateau fort et effectivement il y avait une catapulte pour tout détruire à la fin

lonte
lonte

Tiens ! Tiens !

J'ai testé au dernier festival du jeu de Toulouse un proto du même auteur, excellent(-s) au demeurant, et dont le principe et le matériel ressemblaient fort à ce jeu; sauf qu'à la fin, on pouvait tout détruire avec une catapulte(je raccourcis !). Un vrai bon retour en enfance digne de ce nom... Christophe Boelinger nous disait qu'en raison du coût de production, le jeu était difficilement éditable.

Skycrapers s'en inspire -t-il ? Ou bien est-ce le contraire ? Ou bien pas du tout ?

The Rapid
The Rapid

Moi, je ne chipote pas. Je viens de le commander. Hop!

darthphil
darthphil

alors j'ai eu la chance de tester le proto il y a 2 ans a Valmeinier

c'est bien, de la dexterite, de la recherche de position et brin de filouterie

ca change et un concept de jeu peu souvent rencontrer (un peu a la aufsteiger)

moi j'aime bien

Robert Mudas
Robert Mudas

"le sens du dessin (c'est un peu comme le sens de la vie mais en plus clair)"

Juste pour dire, juste, que cette phrase est vraiment magnifique. Mais alors vraiment.

Bravo Docteur.

Red Player
Red Player

Aperçu à Essen déjà l'année dernière, une placement d'ouvrir sur un plateau en 3D, mais je ne pas en dire plus