Mythic Games

Pour la Gloire de Rome, construisez votre cité et devenez Praetor!

Pour la Gloire de Rome, construisez votre cité et devenez Praetor!

Praetor - Pour la gloire de Rome
Un jeu de Andrei Novac
Illustré par David Szilagyi
Publié par Editions Sans-Detour, NSKN Legendary Games, Play & Win
2 à 5 joueurs
A partir de 12 ans
Langue de la règle: Française
Durée: 75 minutes
Prix: 45,00 €


En 122 de notre ère, l’Empire romain est au summum de sa gloire. Hadrien a mis fin aux menaces barbares et se consacre maintenant à la fondation de nouvelles villes et à l’édification de fortifications, afin d’assurer la domination et la richesse de la culture romaine.

Seule la partie sud de l’île de Bretagne est contrôlée par l’Empire. Pour la protéger des invasions venues du nord, Hadrien a entamé la construction du mur qui portera son nom. L’empereur a également ordonné la fondation d’une nouvelle ville, qui rappellera aux Bretons la splendeur de Rome.

Hadrien a envoyé cinq hommes de confiance sur place. Il leur a confié des ressources et des ouvriers venus de Rome afin qu’ils bâtissent la cité ensemble. Mais au final, un seul d’entre eux sera nommé Praetor. Un seul dirigera la province au nom de l’empereur.

Contenu de la boîte

42 Tuiles de Cité

14 Tuiles de Mur

5 Tableaux de Bord double face

1 Plateau commun (en deux parties)

49 pièces d’or

90 cubes de bois

75 disques de bois

40 dés

1 livret de règles

Default

Praetor, Pour la Gloire de Rome ! est le premier jeu issu de la collaboration entre les Editions Sans-Détour (notamment connues pour le jeu de Rôle de l’Appel de Cthulhu en français) et Play & Win (Mythic Battles).

Praetor est un jeu pour 2 à 5 joueurs pour des parties de 1h 15 environ. Son auteur, Andrei Novac, n’en est pas à son coup d’essai. En effet ses créations ludiques comprennent des titres biens connus comme Exodus : Proxima Centauri ou Warriors & Traders.

Avec Praetor, vous endossez le rôle d’ingénieurs envoyés en Bretagne (la Grande, pas la notre) pour édifier le mur d'Hadrien ainsi qu’une ville. Le plus talentueux (le joueur avec le plus de points de victoires à la fin de la partie) sera désigné Praetor.

Au premier abord, Praetor apparait comme un jeu de construction de cité classique, où l’on doit d’abord collecter des petits cubes en bois et de toutes les couleurs représentant des ressources, pour ensuite construire des tuiles de cité et ainsi gagner des points de victoire. Mais c’est sans compter sur la maîtrise de la chose ludique de son auteur. En effet Praetor - Pour la gloire de Rome ! est un véritable petit bijou de mécanique alliant simplicité des règles et système innovant de gain d’expérience et de retraite des travailleurs.

Jugez plutôt : les ouvriers qui vous aident à construire la ville et le mur acquièrent de l’expérience en exécutant la plupart des actions: construire des nouvelles tuiles de cité, collecter des ressources, effectuer des tâches spéciales comme prier les dieux,…. Pour visualiser aisément cette expérience, chaque ouvrier est représenté par un dé. Ces derniers ne sont pas lancés (et à aucun moment ! Point de hasard !), mais la face visible de chaque dé représente le niveau d’expérience d’un ouvrier. On tourne le dé à chaque gain d’expérience. Plus un ouvrier est expérimenté et plus il est performant dans les tâches que vous lui assignez. Par exemple, un ouvrier que vous enverrez dans une mine d’or vous rapportera autant de monnaies sonnantes que son niveau d'expérience.

Default

Mais quand un ouvrier atteint un niveau « 6 », il part à la retraite et il faut continuer à lui verser une solde pour ménager le moral de la population sous peine de voir le titre de Praetor s’éloigner. En outre, un départ à la retraite rapporte des points de prestige à l'employeur, et d'autant plus que ce départ est précoce.

De plus il est possible d’augmenter le nombre de vos ouvriers en cours de partie. Avant de disposer de nouvelles petites mains, il vous faudra en passer par une nécessaire phase de formation. Mais attention : plus vous aurez de travailleurs sous vos ordres, plus onéreuse sera la solde que vous devrez acquitter à la fin du tour… et nul besoin de vous préciser qu’être mauvais payeur n’est pas bon pour la promotion espérée.

Ainsi donc, la cité se développe avec de nouvelles tuiles (mines, temples, ateliers…) vous offrant de nouvelles possibilités d’actions. Si utiliser les éléments que vous avez édifiés est gratuit, il vous est aussi possible d’utiliser les éléments de vos adversaires en vous acquittant des ressources appropriées.

Enfin, pour acquérir des points de faveur, vous devez envoyer vos ouvriers réaliser certaines actions, construire la ville et le mur. Chaque élément ajouté à la ville rapporte des points en rapport avec la difficulté de sa construction. Et en concentrant vos efforts sur le mur, vous collectez trois points de bonus par tronçon déjà édifié pour tout tronçon ultérieur. Dans ces conditions, mieux vaut ne pas laisser un adversaire construire le mur seul sous peine de le voir filer vers la victoire.

Ainsi toute la richesse de Praetor, pour la gloire de Rome ! réside dans la gestion du développement de la carrière de vos ouvriers (du recrutement à la retraite) et à la construction et au contrôle des tuiles de cité stratégiques.

Pour plus de détails, les règles sont disponible sur le site des Editions Sans-Détour.

Praetor - pour la gloire de Rome ! est destiné aux amateurs des jeux de gestion. C’est surtout une petite mécanique facilement abordable, aux systèmes simples et intelligents. À découvrir dans toutes les boutiques spécialisées.

L’équipe de Play and Win et des Editions Sans-Détour

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Games this article speaks about

Comments (3)

Default
faidutti
faidutti

Sans doute trop lourd pour moi, mais le coup des retraites, quand on sait l'importance du problème des vétérans dans la politique romaine, c'est très bien vu !

Graham
Graham

Un très bon jeu, et très original avec la gestion des retraites ! Je recommande à tous ceux qui ne sont pas allergiques aux jeux de gestions ! L'essayer c'est l'adopter