Pixie Games

Mini DiverCity, ton archipel impitoyableeee

Mini DiverCity, ton archipel impitoyableeee

Haaa l'archipel de DiverCity, en voilà un lieu paradisiaque où il fait bon se prélasser sur la plage, plonger avec les poissons, photographier les coraux...

Oui mais ça c'était avant ! Avant qu'arrivent les multinationales bien décidées à transformer l'archipel en juteuses rentrées financières.

A vous de relever le défi de la nature, le défi de la vie !!

 

Mini DiverCity est un jeu de Maxime Tardif (illustré par Gong Studios), édité par Sphere Games (et donc distribué en France par PixieGames).

Mini DiverCity est un jeu pour 1 à 7 joueurs (à partir de 8ans) pour des parties d'une vingtaine de minutes (cela peut être beaucoup plus court si vous gérez mal).

C'est un jeu coopératif ou pas (cf le mode "industrialiste") basé sur une gestion fine de la communication (comme dans Hanabi, et d'autres j'imagine, vous ne voyez pas votre main de cartes, vos coéquipiers oui par contre).

 

Tour d'horizon de l'archipel

Donc dans la boite vous trouverez :

  • 12 jetons Espèces
  • 60 cartes Espèces (chouette)
  • 27 cartes Corporations (bouhhhh)
  • 6 cartes Echelle (qui formeront le plateau de jeu)
  • 8 cartes Plongeurs (chacun sont petit pouvoir)
  • 6 cartes Hôtels (bouhhhh bis)

Donc si vous avez envie de sauver des nudibranches, des crabes, des requins marteau, des poissons hérisson tachetés, des poissons mandarins, des raies manta, des homards, des anguilles, des pieuvres, des tortues, des huitres ou des étoiles de mer, par ici l'aventure !!

Si certaines espèces ne vous parlent pas, bougez pas j'ai quelques visuels (je vous laisse les remettre dans l'ordre) :

Tric Trac

Pour la mise en place, c'est simple comme un pâté de sable. on fait une pioche de cartes Espèce, une autre de cartes Corporations, on aligne les 6 cartes pour faire l'échelle de survie des espèces, on pose les 12 jetons sur les emplacements qui vont bien (la zone bleue au centre). On pose autour, sur la face iles les 6 cartes Hôtel (cela ne va pas durer...). Enfin chaque joueur prend une carte plongeur (au hasard ou pas) et une main de 3 cartes Espèces qu'il ne "regarde" pas.

Petite (re)précision importante, dans MiniDiverCity chaque joueur voit les espèces des cartes de ses coéquipiers mais pas les siennes. Autre précision, à part lors de certaines actions bien identifiées, les joueurs n'ont pas le droit de communiquer (au sujet des cartes hein, ils peuvent bien entendu parler cinéma expressionniste allemands des années 20).

 

Les joueurs se mettent d'accord sur le niveau de difficulté de la partie, c'est à dire le nombre d'espèces, parmi les 12, qu'ils devront sauvées (5 facile, encore que, 9 difficile).

La photo de famille qui va bien :

Tric Trac

 

Expliquez-moi comment sauver l'archipel !!

Pour gagner, nous l'avons vu vous devrez sauver le nombre d'espèces convenu, mais vous perdrez si :

  • les Corporations éliminent un certain nombre d'espèces (corrélé au niveau de difficulté)
  • les 6 hôtels sont construits sur les îles de l'archipel
  • vous ne pouvez plus accomplir d'action à votre tour

 

Un concept clé de Mini DiverCity est la gestion de l'échelle des espèces.

Lors de la mise en place, chacun des 12 jetons est au centre de son échelle, les joueurs vont essayer de les faire sortir (je vais vous expliquer comment juste après) par la zone verte-survie, les corporations, elles, par la zone rouge-extinction.

Tric Trac

 

Le jeu se joue en ronde, chaque ronde divisée en 2 tours, le tour des corporations et celui des plongeurs (du joueur actif uniquement).

Tour des corporations :

Le joueur actif retourne la première carte de la pioche des cartes corporations, applique les conséquences et la défausse.

Dans Mini DiverCity, le mal arrivera de 3 manières différentes :

  • les plate-formes pétrolières
  • les bateaux de pêche (à la dynamite)
  • les hôtels

Les 2 premières vous feront bouger des jetons espèces vers l'extinction (au hasard via la pioche des espèces pour la pêche, de votre main pour la plate-forme, donc à priori moins voir pas du tout au hasard), la dernière va vous faire retourner des cartes iles afin d'y faire pousser des hôtels (souvenez, des hôtels sur les 6 îles et c'est la fin haricots marins).

Tric TracTric TracTric Trac

 

 

Le mal dans sa banalité ordinaire, effrayant !!!

 

 

 

 

Tour des plongeurs :

Le joueur actif doit choisir une des trois actions ci-dessous :

  • Jouer une carte espèce, de sa main, et glisser le jeton qui va bien vers la survie (voir le faire sortir !)
  • Utiliser son Walkie-talkie, pour donner à un autre plongeur des infos détaillées sur sa main (quoi/où)
  • Fermer un hôtel, pour (re)retourner une carte hôtel sur sa face île

Puis le joueur à la gauche du joueur actif, devient le joueur actif de la nouvelle ronde et on continue jusqu'à déclencher une fin de partie (que l'on vous souhaite positive).

 

Et sinon ?

Plein de bonnes petites surprises.

Les cartes plongeurs possèdent toutes un pouvoir à usage unique, à vous de les utiliser à bon escient lors de votre tour (cela ne compte pas comme une action).

La capture pour vous montrer les 8 pouvoirs :

Tric Trac

Comme vous le voyez, nous ne sommes pas dans de la combo qui tue, mais dans le petit coup de pouce à activer dans le bon timing :)

Un bon petit lot de variantes aussi, pour rendre le jeu plus facile, plus difficile (voir diabolique avec le geste plutôt que le verbe, après tout vous êtes sous l'eau), mais aussi un monde industrialiste (un joueur joue les corporations), un mode solo et un mode duel !

 

Bref de quoi faire avec cette petite boite remplie d'énergie positive (quand vous perdez, vous n'avez qu'une envie, faire une revanche et virer les entreprises qui exploitent les ressources de l'archipel et appauvrissent son environnement)

 

La Pixie TeamHorizons,  le Xander Cage du jeu de société ?

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Games this article speaks about

Mini DiverCity
Mini DiverCity
Par Maxime Tardif
Illustré par Gong Studios
1-7 8-99 15´

To be continued in professionals news...

Comments (1)

Default
Le poissours rouge
Je l'avais essayé en anglais, et nous avions attendu son édition française avec impatience !
Il est toujours aussi plaisant à jouer, mais ce n'est vraiment pas un jeu à laisser dans les mains de personnes qui n'aiment pas perdre ! x)