rammillica

[Avis] Qui draft malin ménage sa monture

[Avis] Qui draft malin ménage sa monture

 

d781a2fc5865067fd18525d6440d245511f5.jpe

 

"Oyé, Oyé, braves et jeunes écuyers !! Il est temps pour vous de seller votre palefroi, d'affûter vos épées et de vous préparer à devenir le plus preux des chevaliers du pays. Bienvenue à la Medieval Academy qui va vous inculquer les valeurs chevaleresques : respect, fidélité et dévouement  au roi, galanterie, maniement de l'épée et de la lance de tournoi, approfondissement de la lecture et de l'écriture, sens de la charité, courage et persévérance devant l'adversité!!"

 

     Vous avez 6 mois pour tout apprendre et à la fin de ce semestre, on ramassera les copies !!! Aurez-vous l'honneur d'être adoubé par le Roi Arthur XLII en chair et en (non)os(se) !!!

 

cdaa2754e2c574c66aa3324364b9a92f5dc2.jpe

"Blue Cocker, "l'éditeur qui a du chien" (pas la punch-line la plus dévastatrice), moi j'aurais plutôt dit Blue Cocker, "l'éditeur qui a du flair" mais je ne suis pas chargé de communication"

 

 

    Medieval Academy est le premier jeu de Blue Cocker, tout frais et frétillant éditeur toulousain, sorti en février 2014. L'auteur (Nicolas Poncin) est également tout frais puisque c'est son premier jeu et on peut dire qu'il ne manque pas d'humour, vu la photo et la biographie qui le présente sur le côté de la boîte (voir ci-dessous, j'apprécie particulièrement ce petit souci du détail, ce petit mot de l'auteur et de l'illustrateur donne une touche d'humanité au jeu).

 

8f035a7549dc5cdab854ad845ba67b6f9e7c.png

"Être auteur de jeu en 2016 : l'esclavagisme moderne, réalité ou fantasme ?  Exténué après des nuits entières à faire tester leurs prototypes aux quatre coins de France et de Navarre, à force d'équilibrage et de changement de mécanismes, les auteurs craquent (en preuve cette photographie d'un auteur au bout du rouleau). Quels sont les acteurs impliqués dans ce scandale ? Quelles sont les pratiques des maisons d'édition et jusqu'où peuvent-elles aller ? Un dossier brûlant de Georges Pion, Ludovic Reiner, Philippe Dédisse et Geneviève Dubois."

     

 

     Ah, je parle de l'illustrateur alors que je ne l'ai pas cité, mais vous aurez peut-être reconnu à la couverture, il s'agit du célèbre Pierô la lune (Dice Town, Yggdrasil, Ghost Stories, Mr Jack...).

 

      Medieval Academy est un jeu destiné à un public large et familial (8 ans et plus, je conseillerai néanmoins d'attendre 9-10 ans) pour des durées de parties comprises entre 25 min (2-3 joueurs) à 45 min (5 joueurs).

 

 

"Ah nostalgie, quand tu nous tiens, voilà à qui j'ai repensé en voyant la couverture un peu décalé de la boîte au fameux Albert le 5ème Mousquetaire. Mais si Albert, ces petites notes de clairon et son tromblon chargé de spaghettis (bon, oui les puristes vont me rétorquer que les mousquetaires ne sont pas des chevaliers, tant pis pour eux)"

 

https://www.youtube.com/watch?v=iT94il81hAE

"Albert, le cinquième mousquetaire (crée par Christophe Izard, un des papas de Casimir), sponsorisé par Ravensburger si j'en crois le générique, le monde du jeu est vraiment partout)"

 

    Pour en revenir au jeu, Medieval Academy est un jeu de draft et de programmation très accessible et diablement efficace. Pas une révolution ludique au niveau des mécanismes mais un jeu familial complet, vite pris en main et néanmoins très vicelard (à part son prix de 30 euros qui reste très abordable compte tenu du matériel).

 

 

Principe du jeu :

 

 

a83544d7cf994d163fbdd377aa29060234cd.gif

Voilà ce qui vous attend à l'intérieur de la boîte : vous allez voir il y a de quoi faire !!!!

 

 

      Le jeu se divise en 6 grands tours, eux-mêmes divisés en 4 grandes phases  :

 

  • la phase de début de Tour : le pion premier Joueur ("fayot") change de main, le premier joueur mélange les 52 cartes et en donne 5 à chaque joueur

 

  • la phase de sélection des cartes : chaque joueur va préparer sa main par un système de draft. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, le joueur consulte ces 5 cartes, en choisit une, la garde et passe les 4 autres cartes à son voisin de gauche (par exemple) et reçoit 4 cartes de son voisin de droite. Il sélectionne une carte parmi les 4 puis passe les trois à son voisin etc etc... jusqu'à ne plus pouvoir donner de carte à son voisin. Mécaniquement, il nous restera donc 5 cartes en main à la fin de cette phase.

 

  • la phase principale : chacun son tour, un joueur va jouer une de ces cartes et réaliser l'action qui lui est associée

 

     Il existe 7 types de cartes, numérotés de 2 à 5, associés à une des 7 pistes du plateau central (voir matériel plus haut). Dès que le joueur a joué une carte, il avance le pion de sa couleur d'autant de cases que la valeur de la carte sur la piste désignée par la carte.

 

9eae4abf2f72c937ae399d30fd4b88fcb944.jpefad5417f7a20db2d9fd58afe53315dddfc08.jpe

 

"Pierre joue sa carte Quête de valeur 3 et avance d'autant de case avec son jeton sur la tuile dédiée à la quête (tuile rouge avec le dragon, voir au-dessus). Jean joue ensuite une carte joute de valeur 4 et avance d'autant sur une des deux pistes bleues Joutes (piste bleues en haut à gauche)"

 

 

     Vous l'aurez compris, on a donc affaire à une course à la majorité sur les 7 tuiles qui composent le plateau de jeu. On recommence ainsi jusqu'à ce que les joueurs aient joué 4 cartes parmi leurs 5 de départ.

 

  • A la fin de la manche, une phase de décompte est déclenchée. Selon le tour en cours, certaines tuiles sont décomptées (de haut en bas et de gauche à droite, en commençant par la tuile rose de galanterie). La piste de galanterie (j'aurais plutôt dit "piste de puputerie") va permettre aux joueurs majoritaires de déplacer un de leurs pions de 1, 2 ou 3 cases supplémentaires sur une autre tuile. Ensuite, les autres tuiles rapportent des points de victoire (ou en font perdre) selon la position des joueurs sur ces pistes

7e3a50f9516c50199ed7f388db0f85c72b68.jpe

"J'ai failli attendre !!!"

 

     Petite précision importante : en cas d'égalité sur la piste c'est le joueur qui est le dernier arrivé qui passe devant (pion qui est le plus en haut). Je vous laisse découvrir la fourberie de ce principe mais croyez-moi ça va en faire râler beaucoup.

 

     On passe ensuite au tour suivant, l'épée du "fayot" (premier joueur) passe au joueur suivant (dans le sens des aiguilles d'une montre) et on procède ainsi jusqu'à la fin du VIème tour.

 

     Pour plus d'info, et une explication des règles en détail, je vous conseille de regarder la TricTrac TV (ici) ou la vidéo Dice Tower à ce sujet (ici mais c'est en anglais).

 

 

Travail éditorial :

 

 

    Vraiment une très belle réussite, surtout pour un premier jeu. L'éditeur Alain Balay a sorti le grand jeu et a mis la barre très haute. On peut dire qu'il a réussi puisqu'il a tapé directement dans la cour des grands. Il faut dire qu'il s'est appuyé sur un illustrateur de talent Pierô. Généralement, je ne suis pas un gros fan de son travail (les goûts, les couleurs, tout ça tout ça) mais là j'ai été agréablement surpris.

 

    J'aime beaucoup le parti pris graphique de faire évoluer les personnages en fonction de leur valeur, je m'explique, regardons un peu les cartes de quêtes suivantes :

 

b22aae2881e9281936a3494636d04c0fae17.png

"Se frotter avec un dragon avec une armure et un casque en fer bien forgé (carte 5), c'est bien plus efficace que d'y aller en pyjama et avec une épée en bois (carte 2)"

 

    Le matériel est très ergonomique (notamment l'iconographie) et les règles sont claires et bien rédigés. On peut reprocher cependant la petitesse des blasons pour le décompte mais en soit ce n'est pas pénalisant. La qualité globale du matériel est vraiment très correct pour le prix !!!

 

 

Mécanismes et sensations ludiques :

 

 

    Et bien pas de grosses innovations dans les mécanismes mais j'apprécie néanmoins énormément dans ce jeu l'assemblage subtil de ceux-ci, qui pour moi symbolise le mieux la patte de ce jeune auteur. C'est vraiment un tour de force d'avoir introduit toutes ces mécaniques exigeantes en les épurant le plus possible (en cela il a évité la surcouche de mécanismes qui nuit à l'ambiance recherché) et en rajoutant la dose de filouterie nécessaire pour réaliser un jeu compact, accessible, fun et dense.

 

   La phase de préparation de la main s'inspire du principe de draft, développé notamment par Magic, encore relativement peu présent dans les jeux familiaux (seul Intrigo et Seasons). Ici, cette mécanique est réduite à son plus simple appareil puisque les cartes n'ont pas d'effets hyper compliqués (ce qui va simplifier un peu les choix mais conserver une dose de stratégie appréciable et c'est plutôt bien vu !!!).

 

   J'ai apprécié également les différents scoring qui permettent d'initier des joueurs novices à des principes stratégiques utilisés dans des jeux plus costauds :

 

  • Stratégie à court terme (piste chevalier, piste joute et piste des connaissances qui sont décomptées à chaque tour)

 

  • Stratégie à moyen terme (arriver à un certain palier en milieu de partie ou en fin de partie avec la piste Service du Roi)

 

  • Stratégie à long terme (quête contre le dragon et charité, qui sont décomptés en fin de partie)

 

  • Temporisation (avec la piste Galanterie qui permet d'avancer en fin de tour, une fois que les cartes sont jouées)

 

    On peut avoir l'impression lors des premières parties qu'il faut accumuler les cartes de plus importante valeur, mais ce n'est pas aussi simple (il est souvent préférable de priver un joueur d'une carte pour s'assurer une majorité sur une des tuiles et laisser une grosse carte "carotte"). Tout l'art du jeu est là : chiper des points en économisant ces forces (c'est-à dire en jouant le moins de cartes possibles).

 

    Mention spéciale à la manière de trancher les égalités (qui va vous faire râler et chouiner, je peux vous l'assurer). Je vous conseille d'appliquer très vite la variante réservée au fayot pour équilibrer la partie (car le premier joueur se retrouve assez désavantagé).

 

2efdc7a87849abc0c3a0c6c9bcff28e6e7cf.jpe

 

Points faibles :

 

  • Les règles des variantes (dos des tuiles) assez tarabiscotées qui ne m'ont pas apporté de plaisir supplémentaire (sur 6-7 parties j'ai dû les utiliser une malheureuse fois sans être convaincu)- mais dans l'idée cela apporte de la rejouabilité donc pourquoi pas !!

 

  • Rejouabilité sans doute limitée : dans le sens où ce n'est pas un jeu sur lequel on va enchaîner 10 parties d'affilée mais on prend plaisir à le ressortir de temps en temps (comme un The Island par exemple)

 

  • Le nom du jeu : finalement, je ne me suis pas senti dans une académie médiévale (bien que l'univers soit cohérent en soit). Une plus grande imbrication entre la thématique  et la mécanique aurait sans doute renforcé l'expérience ludique

 

  • La configuration 2 joueurs n'apporte pas grand chose, vraiment à éviter, même avec un joueur fantôme, on perd vraiment l'ambiance propre à ce jeu

 

Points forts :

 

 

  • Un matériel de bonne facture pour un jeu à prix abordable

 

  • La mécanique de draft "classique" teintée d'opportunisme et de filouterie (c'est le dernier arrivé qui rafle la mise)

 

  • la vivacité du jeu (les tours s'enchaînent et les parties sont assez courtes)

 

  • la facilité d'accès (bon jeu d'initiation au draft, très familial au demeurant) - si on me demandait un jeu fun mais avec un peu de réflexion, Medieval Academy me vient rapidement à l'esprit

 

  • Plus on est de fous, plus on rit, je trouve que le jeu prend toute sa saveur à 4 joueurs et +

 

2f81966b905c83a44fb1681ef086f42c2cf0.jpe

"Les illustrations ne manquent pas d'humour : Ah les losers magnifiques, on a tous vécu cette situation, non ?"

 

 

Bilan : 15/20, un premier jeu rafraîchissant et sans prétention qui réussit  pourtant son à dire fédérer joueurs novices et core-gamers

 

 

      Un jeu sympathique, généreux, sans prétention et avec une certaine bonhommie à l'image de son éditeur (que je ne connais pas personnellement mais c'est l'impression qu'il me laisse au vu de ses différentes interventions sur les Internet).

 

     Assez prise de tête pour les joueurs novices (sans être trop lourd) et plutôt fun pour les gros joueurs : il vaut vraiment la peine d'être essayé en famille ou entre amis.

 

       "Je lui souhaite le meilleur pour la suite c'est-à-dire durer (dans cette jungle hostile et de plus en plus abondante de jeux, ce n'est pas gagné mais il est plutôt bien parti !!)."

 

Pour retrouver cet article sur mon blog c'est très simple :

 

http://www.epingledujeu.net/#!Avis-Qui-draft-malin-m%E9nage-sa-monture-/cu6k/56ea644e0cf2bc133ba285e9

 

Plus d'articles et d'avis ludiques, c'est  par ici :

 

http://www.epingledujeu.net/

 

Pour suivre les différents articles :

 

https://www.facebook.com/L%C3%A9pingle-du-jeu-104155339971238/?fref=ts

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

1I don't like

Games this video speaks about

Comments (3)

Default
fabest
fabest
Très bonne surprise que ce jeu en effet (après une première partie). Un peu costaud pour un gosse de 8 an, qui a apprécié mais en a eu marre assez vite, ne voyant pas les objectifs à long terme. Mais très apprécié par les adultes, joueurs ou pas.
Timi
Timi
J'ai moi aussi beaucoup apprécié ce jeu! Je dirais même plus, j'adore ce jeu ! Et il sort assez régulièrement sur ma table de jeu. C'est notamment un excellent jeu d'initiation.
morlockbob
morlockbob
Blue Ccoker a trouvé le truc (je ne pourrais même pas dire lequel) qui fait que ses jeux sont attirants: la boîte bien fournie pour un prix modique, son format...surtout un équilibre entre légèreté et stratégie. (je ne parle pas de "casting"). Réussir à être agréable sans être un assemblage de mécanismes est un art, l'article lui rend bien hommage sur ce point.