34
réponses
20
followers
By : beri | Thursday, October 20, 2016 at 11:43 PM
beri
beri
Mon expérience à ce jeu n’est pas immense, mais je me rends compte qu’il offre les réponses à ses propres problèmes, c’est pourquoi, alors que le jeu va bientôt sortir en français, j’ai pensé faire une petite dissertation stratégique sous forme de plaintes-réponses, qui commence dans le post suivant et s’enrichira éventuellement de vos contributions.

***********

Avant de commencer, et aussi évident que ça puisse paraître, je préfère repréciser une chose clé : le but du jeu n’est pas de marquer beaucoup de points, mais d’en marquer plus que les autres. Ainsi, si tel choix vous fait perdre X population/points, mais en fait perdre davantage aux adversaires (par exemple, assécher le point d’eau pour créer une famine chez les herbi/omnivores), c’est pour vous un bon choix.
 
Petit lexique :
  • individu : un cran de population. Une population de 5 = 5 individus
  • omnivore : un individu d’une espèce non-carnivore
  • carnivore : un individu d’une espèce ayant le trait Carnivore
  • IPE/PPE : individu/population dépendant uniquement du point d’eau pour se nourrir (aucune aide de traits comme Long neck, Fat tissue, Scavenger, Carnivore…)
beri
beri
Les autres articles :
Se poser les bonnes questions
Forces et faiblesses des traits

Quelle quantité de nourriture mettre dans le point d’eau en phase 2 ?
Cela dépend de plusieurs facteurs dont :
  • – à quelle place jouez-vous dans l’ordre du tour ?
    • Tard = injectez plus, par sécurité
    • Tôt = injectez moins
  • – avez-vous plus de PPE que les autres ?
    • Non, et même beaucoup moins = asséchez le point d’eau en ne lésinant pas sur les valeurs négatives ! Vos adversaires en pâtiront plus que vous (les cartes utilisées pour augmenter leur population seront donc des cartes perdues)
    • Oui = injectez plus
  • – avez-vous plus d’espèces Fertile que les autres ?
    • Oui = vous avez intérêt à ce qu’il y ait un trop-plein de nourriture dans le point d’eau à la fin de la manche, donc injectez

Je n’ai pas les cartes qu’il faut.
On peut faire plusieurs choses avec des cartes qui semblent inutiles :
  • – jouer et rejouer au jeu pour apprendre à bien se servir de chaque trait ;
  • – défausser des cartes pour augmenter population / espèces / corpulence ;
  • – garder toutes ses cartes pour s’en servir plus tard. Ne jouer aucune carte lors d’une manche n’est pas rédhibitoire. Cela évite au contraire de les gaspiller (une population/espèce qui meurt dans la manche où elle est ajoutée = une carte gaspillée).

J’ai des cartes, mais il y a trop peu de nourriture pour que j’aie intérêt à m’en servir pour augmenter ma pop / mon nombre d’espèces.
Mieux vaut donc les garder ou s’en servir pour augmenter la corpulence, à condition que ce soit pertinent. De plus, garder toutes ses cartes permet d’en avoir beaucoup à la manche suivante et de préparer de sacrées surprises aux adversaires !

Mes adversaires ont plus de population que moi, c’est irrattrapable.
Si un adversaire a plus d’IPE que vous, il marquera plus de points si vous nourrissez tous deux tous vos IPE (soit, souvent, si le point d’eau est abondamment approvisionné en nourriture). Assécher le point d’eau est une façon de faire chuter le niveau de population de chacun et d’homogénéiser les populations chez l’ensemble des joueurs.
 
Je ne peux rien faire contre foraging/coopération/long cou…
Les gros moteurs à nourriture végétale ont leurs failles :
  • – on peut les affamer en vidant le point d’eau
  • – toute carte favorisant la prise de nourriture occupe un emplacement qui, pendant ce temps, n’est pas occupé par une défense. Des omnivores qui se nourrissent vite sont donc sensibles aux attaques des prédateurs

On ne peut rien faire contre un charognard (+coopération) quand il y a plusieurs attaques de carnivores par manche.
Charognard est l’un des traits les plus circonstanciels. Il est souvent inutile, mais peut parfois s’avérer redoutable.
Quelques idées de parades :
  • – attaquer les charognards ou les mettre sous pression pour entraver leur développement
  • – si possible, devenir soi-même charognard
  • – s’arranger pour que le nombre d’attaques par manche diminue, par exemple :
    • en haussant les corpulences des proies, ce qui rassasie plus vite les prédateurs
    • en haussant les défenses des proies, ce qui dissuadera les carnivores de continuer à l’être
    • en diminuant le nombre de prédateurs, qui deviennent ainsi à nouveau omnivores – il faut donc réalimenter le point d’eau en plantes
  • – ne pas y jouer à plus de 4, d’une part pour le bien de l’expérience ludique, ensuite parce que plus de joueurs = plus d’espèces = plus de carnivores = plus d’attaques = plus d’efficacité pour le trait Charognard.

C’est trop dur de faire des carnivores !
Evolution n’est pas un jeu de course au carnivore. De nombreux écosystèmes sont défavorables aux carnivores et on peut parfaitement gagner en restant omnivore toute la partie. Voici quelques conseils pour « passer carnivore » :
  • – quand vous êtes dernier ou presque dans l’ordre du tour, vous savez où en sont vos adversaires pour la manche (sauf les traits qu’ils ont joués cachés) et pouvez leur réserver la surprise de devenir carnivore sans qu’ils puissent y réagir ;
  • – ne devenez pas carnivore juste pour rire : si toutes les autres espèces sont suffisamment défendues ou corpulentes, c’est l’EXTINCTION assurée ;
  • – il existe cependant des moyens de s’assurer de survivre au moins une manche en cas de mauvaise surprise :
    • intelligence (en gardant des cartes en main pour l’activer)
    • avoir, avant de devenir carnivore, un Fat tissue bien rempli (la graisse issue de plantes reste de la graisse, assimilable par un carnivore)
    • faire de l’élevage, càd avoir créé une autre espèce que le carnivore pourra à coup sûr attaquer pour se nourrir
D’autre part, si vos adversaires sont trop bien défendus, c’est sûrement qu’ils ont des cartes de défense, qui occupent des places au détriment de cartes à moteur de nourriture (or, nourriture = victoire). Profitez-en pour, vous, créer ces moteurs et vous nourrir plus vite qu’eux !

On ne peut rien faire contre un prédateur intelligent.
Si : augmenter votre corpulence.

On ne peut rien faire contre un prédateur intelligent qui chasse en meute, ultra corpulent et ultra nombreux.
Tout d’abord, l’intelligence coûte des cartes pour être utilisée. Ensuite, un prédateur social intelligent 6/6, cela n’arrive généralement qu’en fin de partie (donc vos souffrances ne seront pas trop longues). D’autre part, si cela arrive, c’est soit parce que son propriétaire a dépensé une foultitude de cartes pour y arriver, soit (si ce n’est pas le cas) parce qu’on a bien voulu laisser survivre et se goberger cette espèce trop facilement tout au long de la partie.
Ensuite, augmenter votre corpulence fera que le prédateur sera plus vite rassasié et vous attaquera donc moins de fois, vous faisant perdre moins de population.

Quelques autres astuces en vrac :
Remplacer Carnivore par une autre carte Carnivore. Vos adversaires croiront sûrement qu’ils peuvent respirer et retirer leurs cartes de défense.
Même manœuvre avec Fat tissue : vous encaissez la nourriture qui est sur la carte remplacée et pourrez remplir la nouvelle (à condition qu’il y ait assez de nourriture/proies).
Si votre main ne vous plaît pas, vous pouvez créer une espèce en lui accolant n’importe quels traits si vous savez qu’elle s’éteindra pendant cette manche. Ainsi, vous repiocherez autant de cartes qu’il y en avait sur elle. Une façon de faire tourner votre main et/ou d’accélérer la partie en vidant la pioche.

Quelques combos :
Carnivore 6/6 + Fat tissue
Corpulence 1 + Horns
Long neck + population 1-2 + Burrowing

Et enfin l’équation magique :
Défense > Carnivore > Moteur > Défense

Bref, adaptez-vous !
Chakado
Chakado
Très très belle synthèse.
Je ne vois malheureusement pas grand chose de mon crû à ajouter, sinon que j'aime bien aussi utiliser Fat Tissue temporairement pour assécher un point d'eau qui serait devenu un peu trop abondant à mon goût. Vu que ça permet de se goinfrer au-delà de sa taille de base.
Tu fournis plein d'astuces toutes bêtes auxquelles je n'avais même pas pensé, comme le fait de ne pas hésiter à garder plein de cartes en main pour pouvoir, au tour suivant, faire directement une espèce "viable". Rien de plus gâché qu'une espèce qui meurt au tour où elle apparaît, effectivement, et ça m'arrive encore trop souvent...

C'est quand même un jeu sacrément riche. Et le plus beau, c'est que toutes ces considérations stratégiques sont complètement en adéquation avec le thème du jeu.
beri
beri
J’ai quand même trouvé à rajouter deux-trois choses dans le chapitre des charognards.

Et :
toutes ces considérations stratégiques sont complètement en adéquation avec le thème du jeu.

oui oui oui oui oui !!

Nicowa
Nicowa
Merci pour ces tuyaux! Ils devraient nous faire gagner 2-3 parties de découvertes!^^
kogaratsu
kogaratsu
Je vais poser une question idiote.

Charognard peut être jouée avec un herbivore ?
donc une carte rose doit elle être associée obligatoirement avec un carnivore ?
Chakado
Chakado
kogaratsu dit :Je vais poser une question idiote.

Charognard peut être jouée avec un herbivore ?
donc une carte rose doit elle être associée obligatoirement avec un carnivore ?

Les herbivores ça n'existe pas dans ce jeu.
Une espèce peut être carnivore : ce trait lui donne une limitation (elle ne peut plus manger que de la viande) et une capacité (elle peut attaquer les autres espèces).
En dehors des carnivores, les espèces n'ont pas de limitation quant au type de nourriture qu'elles peuvent manger (elles sont omnivores quoi), donc oui c'est tout à fait possible d'avoir un charognard non-carnivore.

beri
beri
+1
et une carte rouge peut très bien être placée sur un non-carnivore, mais elle n’a aucun effet. Idem pour Foraging et Long neck sur les carnivores.
kogaratsu
kogaratsu
Merci pour vos réponses, je l'ai vu depuis dans la règle.

Très bon jeu... yes je souffre mais très bon
lepatoune
lepatoune
pareil sur le mixte carte rouge/verte

on s'est posé une question  peut-on faire
 carnivore + tissu graisseux
(tissu graisseux ayant un effet avant la phase de révélation de nourriture il nous semble exclusivement réservé à ceux qui se nourrissent au point d'eau ...)
My top
lepatoune
lepatoune
beri dit :
 
Quelques autres astuces en vrac :
Remplacer Carnivore par une autre carte Carnivore. Vos adversaires croiront sûrement qu’ils peuvent respirer et retirer leurs cartes de défense.
Même manœuvre avec Fat tissue : vous encaissez la nourriture qui est sur la carte remplacée et pourrez remplir la nouvelle (à condition qu’il y ait assez de nourriture/proies).

 
 

je ne comprends pas, je croyais qu'une fois qu'un trait était posé on ne pouvait plus le toucher

My top
Chakado
Chakado
Carnivore + Tissue Graisseux (aka gros Cul) est une combo tout à fait valable, et même souvent dévastatrice. On en avait pas mal parlé dans un autre topic je crois. Je ne vois pas la contradiction avec le fait que son effet a lieu avant la phase de révélation de nourriture.

Et si, lorsqu'on joue des cartes on peut toujours défausser des traits pour en poser de nouveau. Encore heureux, l'adaptation étant la clé à ce jeu, il faut sans cesse modifier les traits de ses espèces en fonctions de ce qu'il y a autour de la table/
beri
beri
Je dirais même plus :
1) un fond vert sur une carte veut dire « concerne la nourriture », pas seulement les plantes
2) la bouffe sur le fat tissue est de la graisse, qui peut être exploitée indifféremment par un carni ou un non-carni
3) on peut très bien défausser un trait, même sans le remplacer
lepatoune
lepatoune
Chakado dit :
Et si, lorsqu'on joue des cartes on peut toujours défausser des traits pour en poser de nouveau. Encore heureux, l'adaptation étant la clé à ce jeu, il faut sans cesse modifier les traits de ses espèces en fonctions de ce qu'il y a autour de la table/

ok je suis complétement passé à côté, on jouait avec des espèces figées...
bon c'est un chouia plus chaotique non (en tout cas ça donne une prime à la défense , puisqu'en en cas de danger on va chercher les gênes qui permettent de contrer)

My top
beri
beri
C’est un chouïa plus évolutionnaire et réaliste en fait :)
Graffen Walder, le XXIIIème du nom
Graffen Walder, le XXIIIème du nom
Bonsoir,

On a joué à ce jeu pendant des mois sur le PNP et je viens enfin de me décider à déballer mon KS Climate.
Je lis les règles et soudain, je suis dans l'expectative :

Je suis quasi persuadé d'avoir, à l'époque, lu un point de règle comme quoi si on colle à une espèce la caractéristique "Carnivore", on ne peut plus lui retirer jusqu'à son extinction, impossible de redevenir herbivore quand on a goûté à la chair !..

J'ai eu beau lire et relire les règles, impossible de remettre les yeux là-dessus, alors :

1- J'ai mal lu et ce point de règle est toujours à l'ordre du jour ?
2- Les règles de Climate ont quelque peu évoluées depuis la précédente mouture ?
3- Ce point de règle n'a jamais existé et je l'ai inventé un jour de beuverie ordinaire ?

Si quelqu'un pouvait m'éclairer ! cheeky
 
My top
No board game found
beri
beri
Ce point n’a jamais existé.
Graffen Walder, le XXIIIème du nom
Graffen Walder, le XXIIIème du nom
Putain, j'en aurais mis mon zboub à couper !
Merci de me confirmer que je suis bel et bien un poivrot qui finira étouffé dans une flaque de son propre vomi. ^^
My top
No board game found
Hydro
Hydro
Doit-on d'abord nourrir tous les herbivores, et SEULEMENT ensuite les carnivores ... permettant alors au surplus de bouffe herbo d'être comptabilisée

OU

Lors de son tour, le joueur peut jouer le carnivore et ainsi réduire la population d'un joueur (qui ne pourra pas nourrir son espèce entièrement puisque bouffée, donc pas de points).

merci
My top
No board game found
beri
beri
Rendez-vous dans le forum Règles ;)
beri
beri
Question posée par ailleurs :
PMM dit :Est-ce que vous lancez beaucoup d'especes?
On est parfois prudent les premieres parties et on ne lance pas beaucoup d'especes. On recoit donc moins de cartes et le jeu est plus long.

Il est souvent délicat de lancer de nouvelles espèces non-protégées, car des carnivores rôdent ou vont éclore suite à ça si je ne suis pas dernier joueur. Donc fait un peu n’importe comment, ça risque d’être une carte perdue.
D’un autre côté, j’aime bien, quand je suis dernier en première manche, créer 3 nouvelles espèces pour piocher un maximum à la prochaine manche (si aucun autre joueur n’a l’air de pouvoir m’en pousser deux à l’extinction). Même si elles meurent après la première manche, elles se seront auto-remboursées. Bien sûr, il faut avoir injecté un max de nourriture dans le pool pour qu’elles survivent.

En général chez nous, ça tourne autour de 2-4 espèces par joueur. Plus on a d’espèces, plus c’est dur d’en faire des bêtes de course. Faire moins d’espèces permet de concentrer ses forces pour créer des espèces plus efficaces / plus grosses et plus nombreuses.

PMM
PMM
J'ai pas une tres grande experience du jeu, mais je pense que le nombre moyen d'especes par joueur est lie egalement au nombre de joueurs total.

A 2 joueurs, chaque joueur va creer et essayer de maintenir en vie plus d'especes.
Je pense que c'est du en particulier a la complexite de gerer toutes les especes sur la table.

Je joue le plus souvent a 2 et on monte assez vite a 4 especes.
Il y a un vrai risque c'est vrai a lancer des especes non protegees, mais, et c'est peut etre du a notre facon de jouer, le moteur des omnivores est plus efficace en debut de partie. On a tendance a fournir abondamment le watering hole pour lancer des especes et garnir notre main.

Je me demande vraiment si une strategie 1 ou 2 especes est viable a 2 joueurs. J'imagine que oui mais avec des aller-retours carnivore omnivore opportuns.
beri
beri
1 espèce, ça paraît chaud. 2 espèces oui.

Que le nombre d’espèces par joueur dépende du nombre de joueurs, je n’en suis pas convaincu. À suivre.
Karadok
Karadok
Alors je ne joue qu'à deux et je n'ai fait que 3 parties. 
Mais hier je n'ai joué qu'avec 2 espèces durant toute la partie (avec cependant ma petite variante pour raccourcir la partie: 4 cartes de chaque trait + 10 carnivores).
C'est très viable car cela permet d'optimiser à mort chaque espèce et de la faire évoluer selon les besoins de la partie ET c'est bien plus facile à défendre. J'avais par exemple la symbiose et un Omnivore énorme.
Mais mon symbiote est devenu carnivore sur la faim pour bouffer une petite espèce que j'avais créé (mais qui' n'a donc même pas tenu un tour) et un omnivore de ma copine ! :)

Mais je suis déjà monté à 5 espèces, c'était bien cool aussi !!
l00ps
l00ps
beri dit :
... plein de choses très bien ...

Et enfin l’équation magique :
Défense > Carnivore > Moteur > Défense

Bref, adaptez-vous !

Bonjour,
Est-ce qu'il y a un lien vers une analyse de cette "équation magique" quelque part ? Je n'ai pas encore trouvé le fil de discussion d'où cela sort.
 

Chakado
Chakado
Mmm qu'est-ce que tu veux dire par une "analyse" ?
C'est l'équation de Beri, quoi, juste un truc à avoir en tête quand on élabore sa tactique (quel trait donner à son espèce), pour savoir qui peut contrer quoi.

Globalement, une espèce avec beaucoup de traits défensifs est efficace contre les carnivores. Les carnivores ne peuvent pas l'attaquer et donc sont susceptibles de mourir de faim.
Un carnivore, c'est fort contre une espèce à moteur de bouffe (coopération, long coup etc.). Parce que ces espèces ont peu de défense. Le carnivore peut donc passer outre et se nourrir généreusement de ces espèces riches en population.
Le moteur de bouffe, c'est fort contre les espèces à nombreux traits défensifs. La tactique consiste alors à assécher le point d'eau au maximum pour s'assurer que les espèces à moteur mangeront tout avant les espèces obligées de se nourrir "traditionnellement".
beri
beri
Défense > prédateur
Dans un monde peuplé de prédateurs, les défenses sont puissantes.

Prédateur > moteur
Un trait qui crée un moteur à bouffe ne défend pas l’espèce qui le possède. Donc cette dernière est vulnérable face aux prédateurs.

Moteur > défense
Une espèce bien défendue se nourrit peu efficacement. Donc dans les environnements où les défenses ne sont pas très utiles (peu ou pas de prédateurs), autant se créer un moteur pour prendre l’ascendant en termes de points de victoire.

Donc tout est une question de circonstances, de situation. Dans certains écosystèmes, les moteurs sont puissants, dans d’autres ils vont prendre cher. Idem pour les deux autres "catégories".

Quant à l’origine de l’équation : je l’ai piquée sur BGG car je l’ai trouvée très concise et parlante.
l00ps
l00ps
Ok merci, je me demandais s'il ne s'agissait pas d'une préconisation sur une succession de spécialisations idéales. C'est vrai qu'on peut voir se dégager une sorte de pierre/papier/ciseau entre ces trois tendances, c'est bien vu.
J'espère que le jeu va marcher suffisamment pour que Fun Forge lance également les extensions !!!
jahwork
jahwork
Super ton guide stratégique.
On voit que t'as bien cogité sur le jeu.
Quelle richesse !
Alfa
Alfa
Oui bravo , lecture tres intéressante. Merci !
palferso
palferso
Je sais pas si je suis sur le bon post mais hier soir, j'ai pu mettre en place une combo qui me semble très intéressante pour l'auto prédation avec prédateur+ chasse en meute vs Fertile + Tissu graisseux. Ça m'a semblé très fort car tu peux augmenter la taille de ta victime, nourrissant massivement et vite ton prédateur sans trop d'impact sur la pop de la victime grace à Fertile.
My top
No board game found
Alfa
Alfa
palferso dit :Je sais pas si je suis sur le bon post mais hier soir, j'ai pu mettre en place une combo qui me semble très intéressante pour l'auto prédation avec prédateur+ chasse en meute vs Fertile + Tissu graisseux. Ça m'a semblé très fort car tu peux augmenter la taille de ta victime, nourrissant massivement et vite ton prédateur sans trop d'impact sur la pop de la victime grace à Fertile.

Fait que je essaie ça ! Merci :)