555
réponses
18
followers
By : Manubis333 | Wednesday, August 15, 2018 at 9:28 PM
palferso
palferso
ed5150 dit :Hello,

j'ai posté une aide de jeu dans les ressources qui peut être utile pour les néophytes, car il y a pas mal de petites subtilités dans les règles.

https://www.trictrac.net/jeu-de-societe/brass-birmingham-1/ressources

En la relisant, juste pour pinailler au point 5 de la construction je rajouterai un truc dans le goût (en gras): placer cubes de charbon/fer ou Tonneaux de bière (1 en canal, 2 en rail)

My top
No board game found
ed5150
ed5150
@chass : Merci pour ton aide ! Je t'ai répondu en MP (très pratique ce système de notif "à la main" vu qu'on n'a aucun signalement des nouveaux messages...)

@palferso : en effet la précision est pertinente, mais arg, il me faudrait rajouter une ligne et ça ferait tout péter no
Je vais essayer de gratter de la place avec les interlignes, mais je trouve que c'est déjà bien compressé.
palferso
palferso
Hier soir, 2ème partie de Birmingham me concernant avec toujours dans le casting messieurs Stfrantic et Manubis.

Je vais essayer de faire bref...

Après la 1ère partie de découverte, je voulais commencer à essayer d'appréhender Birmingham comme je jouais au BRASS originel à savoir planifier une ou des lignes stratégiques dès la lecture de ma main de départ.

Hier soir ce fut assez simple vu que j'avais d'emblée 3 cartes pour faire des sidérurgies et 2 possibilités de faire de la brasserie. J'ai donc d'emblée planifié mes devs, mes constructions et mes emprunts à faire en canal pour avoir les moyens de les construire avec les finalités suivantes:

-travailler à construire les sidérurgies II, III et IV dès le canal notamment pour voir les possibilités réelles d'exposition aux écrasements à Birmingham.

-tenter de contrôler les gros édifices à points demandeurs en bière (je savais que j'allais avec mes sidérurgies ouvrir des possibilités de dev à moindre coûts à mes adversaires et ce d'autant plus que je voulais me limiter de ce point de vue au strictement efficace dans le cadre de ma stratégie initiale (sidérurgie I, les 2 Brasseries I et les 3 Filatures I) afin justement à la fois de ne pas trop contribuer à l'épuisement de cette matière pour limiter/ralentir les possibilités d'écrasement en rail tout en aidant quand même toutes mes sidérurgies à s'activer dès le canal...), contrôle/contention des gros édifices renforcés notamment en planifiant de construire dès le canal mes 2 brasseries II (1 seule bière posée sur chaque en canal donc limitation de la dispo au global et blocage effectif de 2 emplacements de construction en rail).

-voir si les rails jugés si difficiles à faire à cause des bières demandées pour les doubles étaient si difficiles que ça. Ici aussi, je partais d'emblée dans l'optique "pose de doubles rails" cohérente stratégiquement dans la visée de limiter/virer des tonneaux aux potentiels gros édifices demandeurs dans ce domaine.

-ne pas utiliser l'action Joker de toute la partie (le dév des filatures I n'était là que pour diversifier mes possibilités efficaces de jouer des cartes en pouvant le cas échéant activer des filatures II pour pouvoir éventuellement couper d'une autre manière en fonction des circonstances les vivres en bière à mes adversaires). Evidemment, comme à BRASS dans le cadre de la gestion efficace et souple de sa main, j'avais également le souci de me diversifier géographiquement au maximum niveau constructions dans la limite des possibilités offertes par mes cartes, afin de limiter au maximum notamment en rail les blocages potentiels qui pourraient se mettre en place entre la répartition de ma main initiale et les coups de mes adversaires.

En conclusion, j'ai construit mes 14 rails, mes adversaires ont souffert (pour diverses raisons) à activer leurs grosses Filatures et Poteries (j'ai eu, comme je l'espérais, souvent des opportunités directes ou indirectes de les emmerder de ce point de vue, opportunités qu'en fonction des circonstances j'ai eu le luxe de pouvoir choisir de les saisir ou pas...), il y a eu une possibilité pour chacun de mes adversaires de pouvoir écraser une de mes sidérurgies mais les contextes ont fait qu'ils ont préféré à tort ou à raison prendre chacun d'autres options et je n'ai pas utilisé l'action Joker de toute la partie.

Mes conclusions à l'issue de cette 2ème partie:

-la force des sidérurgies renforcées à Birmingham par le fait qu'il est plus coûteux d'épuiser le marché du fer (et donc en parallèle plus tentant de le remplir avant son épuisement notamment pour gagner plein de fric), les rendant plus difficiles/problématiques à écraser. Comme un peu tout à BRASS, il faudra donc veiller à lutter pour ne pas laisser quelqu(es) un(s) trop seul(s) sur cet aspect.

-les manufatures me semblent vraiment très (exclusivement?) tactiques ce qui ne les empêche pas d'être à mon sens un des apports les plus rigolos et originaux de Birmingham par rapport à Lancashire.

-rendre la construction des double-rails plus couteuse via les bières est bien gentil mais si quelqu'un est laissé dans une position de déclencher le rouleau compresseur de ce point de vue, ça rend aussi du coup bien plus difficile aux autres de pouvoir rapidement emboîter peu ou prou le pas au "railleur fou" (ce qui, par rapport à Birmingham, est parfaitement possible, plus souple, plus rapide et plus facile à faire à Lancashire). Cet aspect est renforcé par le fait que des joueurs qui sont partis dans une optique grosse industrie devront plus ou moins se saborder de ce point de vue si ils veulent construire des double rails pour ne pas laisser quelqu'un trop seul sur cet aspect. En effet, les tonneaux de bière qu'ils utiliseraient pour le rail peuvent potentiellement leur manquer pour vendre la production de leurs industries... De plus, les constructeurs potentiels de gros édifices (notamment Poteries) se retrouvent encore plus dépendants de leur main dans ce contexte de "railleur fou" à qui ils n'emboîteraient pas le pas.

-J'ai dû faire un truc comme 6 ou 7 emprunts sur l'ensemble de la partie ce qui cadrait avec ce que je voulais mettre en place (tant en terme de coûts que de timing) dans le cadre de ma stratégie mais je doute qu'à Birmingham, une stratégie sans emprunt soit viable (alors qu'elle l'est potentiellement à Lancashire).

A voir... Maintenant que je commence à connaître (un peu) le jeu, sur mes prochaines parties en fonction de ma main initiale, j'ai à présent envie de tenter une stratégie sans emprunts, une stratégie gros édifices (Poteries et/ou grosses filatures) ou de voir dans quelle mesure les Manufactures peuvent s'intégrer à une stratégie cohérente, factible et moins dépendante de contingences tactiques.
My top
No board game found
arnole
arnole
Hello,

@ed5150, elle est top cette aide de jeu.
tu aurais pas la même chose en version lancashire? 
Moi je suis preneur en tout cas...
 
My top
No board game found
palferso
palferso
ed5150 dit :@palferso : en effet la précision est pertinente, mais arg, il me faudrait rajouter une ligne et ça ferait tout péter

Oui, t'embête pas. C'était juste pour pinailler.

My top
No board game found
ed5150
ed5150
arnole dit :Hello,

@ed5150, elle est top cette aide de jeu.
tu aurais pas la même chose en version lancashire? 
Moi je suis preneur en tout cas...
 

Comme je disais plus haut, je n'ai pas Lancashire, mais chass m'a donné un coup de main pour pointer les différences de règles, donc la version Lancashire devrait arriver d'ici peu

driepick
driepick
A vous lire Birmingham est très bon mais Lancashire reste un peu le mètre étalon ? En tout cas Lancashire chez nous plait à tout le monde de part la tension qu'il créé entre les joueurs et les axes possibles de développement !
My top
No board game found
T-Bow
T-Bow
Ca me parait juste impossible a determiner.
Deja, les gouts et les couleurs. En plus, le biais des veterans de Lancashire est tel qu'il est certainement bien difficile de ne pas analyser Birmingham a la lumiere de son grand frere, consciemment ou inconsciemment.
My top
No board game found
palferso
palferso
T-Bow dit :Ca me parait juste impossible a determiner.
Deja, les gouts et les couleurs. En plus, le biais des veterans de Lancashire est tel qu'il est certainement bien difficile de ne pas analyser Birmingham a la lumiere de son grand frere, consciemment ou inconsciemment.

Oui. +1. J'attends d'ailleurs avec impatience le retour de mes 2 collègues après la partie d'hier soir, eux qui ont un regard plus récent, plus frais et forcément moins biaisé sur BRASS que moi...

Comme je l'ai répété ici ou ailleurs plusieurs fois, au-delà de mes réserves, Birmingham est au minimum un excellent jeu auquel je prends beaucoup de plaisir à jouer.

My top
No board game found
ed5150
ed5150
@arnole, j'ai publié l'aide pour Lancashire ici
Manubis333
Manubis333
Bonjour Ed5150,

Merci pour ces magnifiques aides de jeu.Mes anglophobes notoires n'auront aucune excuse...a++
Manubis.
Manubis333
Manubis333
Hier, une nouvelle partie de Brass Birmingham avec les amis Palferso et Stfrantic82.

Voir ci-dessus pour le retour très instructif de Palferso à l'issue de cette partie.
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je me dois de dire que les Brass (les aspects communs aux deux jeux) n'en finissent pas de m'impressionner !!!
Comme l'a souligné Stfrantic82 hier, on sent la "vieille" école du jeu "gamer" même dans dans cette nouvelle mouture qu'est Brass Birmingham (BB).
En effet, au-delà du ressenti en cours de jeu, pour moi, cette constatation trouve aussi sa justification dans un autre point commun avec les 18XX (autre catégorie de jeux de la "vieille" école) : l'osmose surprenante entre jeu économique et lutte féroce pour l'occupation de territoire...
- Les Brass sont des jeux économique (loi de l'offre et de la demande) avec, en même temps, un aspect très violent de lutte pour l'occupation du terrain : on va y revenir...
- Les 18XX sont des jeux à économie financière (compagnies avec titres de propriétés, montages financiers et retour sur investissement) avec un aspect occupation de territoire moins frontal mais pas moins féroce vu son importance.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la réputation de qualité de ces jeux n'est pas usurpée !!

J'aime bien la catégorie des jeux de "connexion" : Les 18xx, The Great Zimbabwe, Founders of Gloomhaven et maintenant les Brass... Mais c'est incroyable le mal que j'ai à assimiler les règles de cette catégorie de jeux !!angry
Encore hier soir, erreur sur erreur !! Entre les placements envisagés irréalisables et la mauvaise lecture du plateau, j'étais vraiment pas en terrain confortable...
PS : désolé les amis...
On a déjà pas mal glosé ici et là sur l'importance de ne pas laisser de monopole aux adversaires : en guise d'illustration, il n'y a guère mieux que la partie d'hier soir et le monopole de rails acquis par Palferso !!!
Première chose rassurante : Palferso a voulu tester une stratégie choisie avant même le début de la partie (avec, en plus la contrainte de ne pas prendre de cartes Joker) et est parvenu à la mener...
De manière magistrale, il faut le souligner : chapeau !cheeky
C'est pourquoi, je ne pense pas qu'il existe dans l'absolu de mauvaise main à Brass Birmingham : c'est-à-dire une main dont on peut quasiment RIEN tirer d'efficace.
Sur Brass Lancashire, cela a été prouvé mainte fois par nos experts d'ici, mais sur BB, cela reste bien sûr encore à démontrer mais j'ai confiance.
En début de la phase Rails, Stfrantic82 a eu une main disons... compliquée...Malgré cela, je pense que les problèmes qu'il a eus (et moi aussi !!) sont surtout dus à sa situation vulnérable sur le plateau héritée de la phase Canal.
@Stfrantic82 : si mon seul coup de te piquer ton Charbon en début de phase Rails t'était si destructeur, c'est que les problèmes de ton "graphe" de Bâtiments étaient plus profonds que la faiblesse de ta première main de cette phase.
Je fais la même analyse me concernant mais avec d'autres problèmes, plus graves...

On ne peut que le constater : le jeu de Palferso (sa situation sur le plateau) était si robuste qu'il a pu nous dire, sans la voir, que sa première main de phase Rails n'avait aucune importance... Et cela s'est vérifié !

Quels étaient les problèmes ? Cela se résume en un mot : la connectivité !
Dans la partie, je suis resté sur mon idée, en capitalisant tout de même sur mes erreurs de la fois dernière... Il y a certes eu du progrès mais...
Mon idée était fausse !! Je suis resté bien trop dans mon coin !! Ma présence en fin de partie se résumait au quart Sud-Ouest de la carte : une hérésie !!frown
Dans Brass, il ne faut pas perdre la lutte du contrôle de terrain sous peine de perdre en flexibilité sur ses cartes !
Si je suis resté dans mon coin (le pire des choix), Stfrantic82 avait une meilleure présence, plus diffuse (il avait conscience de l'importance de l'occupation du terrain) mais dont les Bâtiments n'étaient pas idéalement placés et donc pas simples à faire "communiquer" harmonieusement avec les endroits clés du jeu (sources de Charbon, débouchés pour les Ventes).
Paul Morphy l'a dit pour les Échecs :

Aidez vos pièces pour qu'elles vous aident...

La conséquence tragique de cela est que moins on a d'espace, plus on en perd...angry
Et c'est d'autant plus destructeur que Stfranctic82 et moi étions partis sur des stratégies à Bâtiments de haut niveau.
Vu la Bérézina que ça a été pour nous deux, doit-on penser que cette stratégie (à Bâtiment de haut niveau) est plus vulnérable que la stratégie "pose de Rails" qu'a réalisée Palferso ?
Cela a été le thème de la partie mais dans l'absolu, je n'en suis pas convaincu.
Le choix des endroits où placer les Bâtiments d'un type est éminemment tactique mais peut s'inscrire dans une stratégie plus globalement très déséquilibrée vers ce type de Bâtiments.
Dans ce cas, pour être menée à bien, une telle stratégie implique une vigilance redoublée car :
  1. Chaque type de Bâtiment de Vente (Filature de Coton, Manufactures, Poteries) a son rythme propre pour être utilisé (Développement ou Construction puis activation ? Relégation en fin de tour suite aux somptuaires dépenses de Construction, etc.) dont il faut tenir compte sous peine de perdre du temps ou de devoir gaspiller des actions supplémentaires pour obtenir le résultat escompté.
  2. S'il y a un joueur qui se spécialise dans les Rails (poseur de Rails), il va finir par "étouffer" ses adversaires si on n'a pas pris la mesure du danger
  3. Contrairement aux Rails pour lesquels on peut défausser la carte de son choix, la construction de Bâtiments requièrent les cartes qui vont bien (Industrie ou Ville) : la planification de son jeu en devient plus délicate car plus sensible aux erreurs dans les choix de cartes défaussées.

C'est sur le point 2 que j'aimerais revenir un peu plus. Palferso est très convaincant quand il dit ci-dessus que le "joueur Bâtiment" doit carrément "se saborder".
Je ne sais pas s'il faut aller jusque là mais au moins, mettre en pause sa stratégie est obligatoire (le plus tôt est le mieux) afin de ne pas perdre de terrain et conserver de la flexibilité en vue de la construction/activation des Bâtiments. La question que je pose est la suivante :

Existe-t-il, dans BB, un juste milieu pour la construction de rails qui permette d'en faire "suffisamment" sans devoir abandonner sa stratégie gros Bâtiments ?

j'aurais envie de dire oui... Et cela passe, d'une part, selon moi, par des schémas efficaces d'occupation du terrain lors de la construction des Bâtiments : parmi tous les lieux de construction possibles, ne conserver que ceux qui sont stratégiquement viables pour le futur (de base le plus uniformément répartis sur le plateau, pour une meilleure logistique d'approvisionnement en Charbon, en Bière et favorisant l'extension de son réseau sans craindre le poseur de Rails ou même en lui mettant des obstacles)
D'autre part, le poseur de rails ne peut pas être "au top de sa forme" tout le temps (heureusement...) :
  • Poser deux fois un double Rails afin de consommer deux Bières nécessite au mieux deux actions : les deux Bières, devant exister sur le plateau au préalable, peuvent être contestées.
  • Ne poser qu'un double rail laisse une bière disponible à ses adversaires, dans un contexte de flux tendu sur la Bière
  • La Bière des Marchands n'est disponible qu'à la Vente et pas à la pose de Rails. Dans la partie, toutes ces Bières n'étaient pas parties, il me semble... Une anormalité quand il y a des joueurs partis sur de la Construction de Bâtiments de vente
Comme le souligne Palferso, il faut aussi savoir déceler rapidement si des Brasseries de niveau II ou plus sont posées tôt (en phase Canal) pour occuper agressivement la place afin de limiter les emplacements de Brasseries disponibles pour la phase de Rails...
Je pense donc que si un joueur développe ses Brasseries de niveau I, on doit alors, de manière vigilante, se laisser (s'offrir ? via de la construction de Canaux...) la possibilité de construire ses propres Brasseries de niveau I, en réaction et non pas les développer : En plus d'occuper le terrain en phase Canal avec gain de temps, elles libèreront leur place en phase Rails.
D'une manière plus générale, un Constructeur de Bâtiments de Vente doit au moins faire du Bâtiments (Développement et construction appropriés) ET du Rail pour son expansion/flexibilité.

Dans le contexte d'un poseur de Rails bien parti face à des Constructeurs de Bâtiments moins efficaces dans leur stratégie, la privation de Bière du premier sur les seconds aura des conséquences dévastatrices sur eux
@Palferso : Je suis d'accord
Mais je reste persuadé qu'un "bon" Constructeur de Bâtiments ayant "bien" pensé son réseau dès le début (en phase de Canal pour occuper le terrain "efficacement" et stratégiquement avec des Bâtiments de niveau II ou plus puis de Rails pour son approvisionnement et ses débouchés de Vente) ne sera pas si facile à gêner.
Pourquoi ?
Parce que sur la partie, le manque de Bière pertinemment provoquée par Palferso dont Stfrantic82 et moi avons souffert n'était qu'un symptôme de notre mauvaise occupation de l'espace qui nous interdisait de pouvoir profiter des "accalmies" où de la Bière était disponible.

Conclusion :
Je continue à progresser sur ma courbe d'apprentissage... Je dois avouer bien transpirer et devoir appuyer sur les pédales (qui m'a fichu un aussi gros plateau sur le vélo ?)... surpriseMais quel plaisir...Encore maintenant, quand je suis face à ma main de huit cartes, je reste souvent quelque peu désemparé... Mais c'est dû à mes lacunes dans la lecture du jeu et à la bonne appréciation des possibilités qui me sont accessibles.
Rien de grave...
Pour le moment, je n'ai aucune envie de chercher à départager Brass Lancashire de Brass Birmingham : j'ai autant de plaisir à jouer à l'un qu'à l'autre !!
C'est quand la prochaine séance de torture, d'entrainement, de jeu ?
surprise
a++
Manubis.
brokoli
brokoli
J'aime beaucoup vous lire, même si sur certains points je suis un peu trop largué (j'ai découvert les deux Brass tout récemment). Ça me laisse entrevoir la profondeur du jeu !
T-Bow
T-Bow
Comme deja mentionne a de nombreuses reprises, je pense qu'il faut surtout abandonner le concept de strategie, en tout cas trop ancre.
Je n'ai pas encore joue a B, mais mon experience a L est qu'il est essentiel d'avoir les moyens de basculer efficacement sur une autre voie en fonction des contextes. Par exemple, il m'est arrive un certain nombre de fois d'avoir pose massivement des filatures en canal et de n'en poser quasi aucune en rail (ayant pourtant acces aux III, voire aux IV), juste parce que le contexte se pretait a autre chose (rails + shipyards, par exemple).
Et il faut donc, comme tu le soulignes, avoir un minimum de moyens (et d'infrastructures) en place pour pouvoir se permettre ce basculement. Il faut s'assurer de ne pas etre enferme, sur la geographie tant que sur les axes strategiques.

Ce que tu dis sur B me semble coller avec cette approche.
My top
No board game found
palferso
palferso
C'est une évidence absolue qu'il faut comme dans nombre d'autres jeux mais en particulier à BRASS, jeu traversé par de multiples interactions, se laisser les moyens de s'adapter aux contextes surtout dans le cadre d'un jeu où ils vont souvent fortement fluctuer...

Par contre, il me semble également essentiel (et c'est ce que je voulais confirmer dans le cas de Birmingham et tenter de montrer à Stfrantic et Manubis), que si l'on ne gère pas ses cartes au-delà du coup par coup, on s'expose bien plus à des déconvenues mais aussi à un aléatoire plus marqué en ce qui concerne la répartition de sa main et la pioche. Et cet aspect est moins évident en première approche où BRASS est surtout superficiellement (mais logiquement) perçu de par sa frontalité et ses nopmbreuses interactions comme un jeu essentiellement tactique (ce qui n'est pas que vrai...).

Pour le dire autrement, si un joueur a la possibilité à BRASS de mener relativement tranquilement de A à Z ce qu'il aura planifié de faire sur l'ensemble de la partie à la lecture de sa main initiale et bien ses adversaires auront forcément partie perdue. Et c'est ce qui s'est passé au cours de notre partie.

Pour rebondir sur l'exemple des filatures que donne T-Bow, j'ai développé en canal sur notre partie les filatures I que pour ça: m'ouvrir une autre voie éventuelle d'adaptation à l'axe que je m'étais fixé. Je construirai et activerai en canal une filature II et n'en construirai aucune autre en rail mais ce développement initial m'ouvrait des possibilités tactiques tant en possibilités de construction, qu'en points potentiels, qu'en capacité différente de nuire à mes adversaires, qu'en terme de souplesse de gestion de ma main (pouvoir construire en fonction du contexte mines, brasseries ou filatures potentiellement efficaces dans le cadre de la stratégie fixée initialement te laisse un champ des possibles énorme...).
My top
No board game found
stfrantic82
stfrantic82
J’interviens juste vite fait (car je n’ai vraiment pas le temps en ce moment) pour indiquer mon score, qui n’est pas si mauvais que ce qu’on pourrait penser à la lecture de la partie : 162 à 3 joueurs reste ok car j’ai réussi à étonner sur mes pattes en fin de partie en vendant mes poteries 3 et 5. 

J’ai très vite repéré qu’il fallait garder ses options ouvertes dans Brass et ne pas s’enfoncer trop dans la spécialisation. J’avais juste envie de tester les Poteries dans cette partie. D’aileurs J’ai très mal placé ma Poterie 1au tour 2 (elle coute 17£ et je ne la vendrai qu’en fin de Canal) car elle était très loin des 2 jetons vente disponibles. Cette mauvaise lecture du plateau (j’ai voulu vite jouer ça car j’avais envie de tester les Poteries) m’a beaucoup retardé mais je m’en sors honorablement. 

Le début de Rail est fondamental et il faut anticiper pendant la fin du Canal alors que j’avais tendance à optimiser ma fin de Canal en général. Ça n’empêche que devoir faire l’action Prospection en 1ère action de Rail alors qu’on est 1er joueur et qu’on a le plus d'industries sur le plateau à tendance à m’echauder un peu ... piocher 2 cartes en tour 1 de Rail qui correspondent aux 2 seules villes entièrement Construites (notre dernière partie) m’a pas mal soûlé aussi : on peut me dire que je peux en faire autre chose, mais comme j’avais déjà une aurte a carte en triple, ça reduit forcément les options et cette ouverture dont vous parlez tant. j’ai beaucoup moins souffert de ma main dans Lancashire (3 parties de chaque)

Très grands jeux tout de même, c’est quand vous voulez !
T-Bow
T-Bow
@palferso : c'est ce que j'entendais par "avoir les moyens de basculer efficacement sur une autre voie en fonction des contextes". Il faut se rendre le moins dependant possible du tirage de cartes, entre autres. Sans pour autant plomber son efficacite.
C'est le numero d'equilibriste : garder ses options ouvertes tout en se specialisant.

@les 3 : je ne peux que vous conseiller de trouver un 4e. Meme si Roxley a fait des efforts sur la scalabilite, mon intuition me dit que B doit aussi s'apprecier pleinement a 4j.
My top
No board game found
palferso
palferso
stfrantic82 dit :j’ai beaucoup moins souffert de ma main dans Lancashire (3 parties de chaque)

C'est sûr qu'à Birmingham, la possibilité d'avoir de mauvaises mains est plus forte qu'à Lancashire ce qui renforce encore plus ce que l'on a échangé avec T-Bow juste au-dessus. Cependant, il reste toujours des choses à faire à ce jeu et des options à prendre mais il est certain que parfois, cela pourra ne pas être enthousiasmant... ROXLEY à mon sens n'a d'ailleurs développé son histoire de Jokers (qui contrairement à Lancashire te laisse 2 possibilités efficaces de construction au lieu d'1) que pour ça.

My top
No board game found
stfrantic82
stfrantic82
palferso dit :
stfrantic82 dit :j’ai beaucoup moins souffert de ma main dans Lancashire (3 parties de chaque)

C'est sûr qu'à Birmingham, la possibilité d'avoir de mauvaises mains est plus forte qu'à Lancashire ce qui renforce encore plus ce que l'on a échangé avec T-Bow juste au-dessus. Cependant, il reste toujours des choses à faire à ce jeu et des options à prendre mais il est certain que parfois, cela pourra ne pas être enthousiasmant... ROXLEY à mon sens n'a d'ailleurs développé son histoire de Jokers (qui contrairement à Lancashire te laisse 2 possibilités efficaces de construction au lieu d'1) que pour ça.

oui, cette action Prospection est certes une rustine, mais vachement bien foutue et + dynamique que la double-action de Lancashire !

palferso
palferso
stfrantic82 dit :oui, cette action Prospection est certes une rustine, mais vachement bien foutue

Oui. C'est une très bonne idée qui ouvre bien les possibilités d'action/réaction.

My top
No board game found
arnole
arnole
@ed5150

C'est top, merci
My top
No board game found
palferso
palferso
T-Bow dit :je ne peux que vous conseiller de trouver un 4e. Meme si Roxley a fait des efforts sur la scalabilite, mon intuition me dit que B doit aussi s'apprecier pleinement a 4j.

Il arrive la semaine prochaine!!! Fdubois? Tu m'entends?

blush

My top
No board game found
Manubis333
Manubis333
palferso dit :C'est une évidence absolue qu'il faut comme dans nombre d'autres jeux mais en particulier à BRASS, jeu traversé par de multiples interactions, se laisser les moyens de s'adapter aux contextes surtout dans le cadre d'un jeu où ils vont souvent fortement fluctuer...

Par contre, il me semble également essentiel (et c'est ce que je voulais confirmer dans le cas de Birmingham et tenter de montrer à Stfrantic et Manubis), que si l'on ne gère pas ses cartes au-delà du coup par coup, on s'expose bien plus à des déconvenues mais aussi à un aléatoire plus marqué en ce qui concerne la répartition de sa main et la pioche. Et cet aspect est moins évident en première approche où BRASS est surtout superficiellement (mais logiquement) perçu de par sa frontalité et ses nopmbreuses interactions comme un jeu essentiellement tactique (ce qui n'est pas que vrai...).

[...]

Bonjour Palferso,

Je suis bien sûr d'accord : c'est trivial de chercher à être flexible, etc. Pas de problème...
Mais ce qui est moins trivial, en tout cas pour moi, c'est d'expliquer les moyens pratiques généraux à mettre en œuvre pour y parvenir...
Parce que le problème qu'à eu Stfrantic82 me fait cogiter... Il le dit lui-même : il avait une forte présence sur le plateau en début de phase Rails et pourtant... l'efficacité n'était pas au rendez-vous...angry
C'est pour ça que je m'interroge sur les bons principes à suivre (s'il y en a ?) pour rendre sa distribution de Bâtiments suffisamment efficaces pour que la/les premières actions de la phase Rails ne soient pas des coups d'attente trop pathétiques quelle que soit les cartes en main...
Mais peut-être que je surestime l'importance à donner à ce souci de bonne répartition des Bâtiments pour gagner en flexibilité ?

Je pense aussi que les premiers coups de la phase Rails sont stratégiquement cruciaux pour la viabilité de notre réseau ferroviaire puisque c'est à ce moment qu'il y a (devrait y avoir ?) le plus de choix à disposition, grâce à l'absence des adversaires...
J'avais senti une relative importance jusque là de ceci, mais maintenant, je me dis que c'est carrément fondamental...
Si un joueur est trop dépendant de trop peu de liaisons vitales pour lui, que d'autres peuvent lui contester, c'est vraiment pénalisant : pour ça, je pense à Stfrantic82 dans la partie et et ses problèmes d'accès/implantation au Sud-Est pour ses Poteries...

Dans cette optique, je met encore plus en exergue une chose que tu as dite à la fin de la partie :
Cette transition de phase (Canal vers Rails) doit être soigneusement préparée dès la phase Canal afin de se laisser de l'accès au Charbon (nécessaire pour les Rails), et pourquoi pas aussi à de la Bière (plus délicat...), d'où l'importance du placement des dernières Mines de la phase Canal...cheeky
a++
Manubis.

T-Bow
T-Bow
Un coup classique de fin de canal a L est de poser des mines a quelques endroits strategiques pour s'assurer d'avoir un maximum d'option pour lancer ses connections.
My top
No board game found
palferso
palferso
+1 avec Manubis et T-Bow en ce qui concerne les mines de charbon. En terme généraux et sans entrer dans les détails, la mine de charbon (logique thématiquement...) est un édifice fondamental à BRASS même si il est moins clinquant que d'autres grosses industries. On en a effectivement parlé à l'issue de notre partie.

Et ce qu'a dit Stfrantic plus haut me semble effectivement fondamental: il faut moins penser à optimiser sa fin de canal (réflexe classique vu qu'on y marque des points...) qu'à anticiper sa phase de rail sans (trop...) se soucier de ce qu'on va marquer ou pas en canal.

Dans ce cadre, les mines sont évidemment essentielles quant à la construction efficace et rapide de liaisons dès l'aube du rail, les industries non vendues en canal en terme de timing(s) pour plomber vite des activations en phase rail et laisser les autres travailler si ils veulent creuser ces voies là (et être donc dans ce cas là moins vite et/ou efficacement actifs sur d'autres aspects), avoir préparé ses implantations en fonction de ses cartes sur des villes qui ouvrent idéalement chacune plusieurs et différentes implantations industrielles possibles (si tu as par exemple deux cartes qui te permettent de construire l'industrie que tu veux implanter sur 2 endroits différents, privilégier le lieu qui diversife et/ou multiplie (à voir en fonction des contextes...) les industries qu'on pourrait construire ultérieurement en rail directement à ce même endroit), etc., etc., etc.
My top
No board game found
T-Bow
T-Bow
Effectivement, ca vaut le coup d'insister : la phase de canal n'est qu'une preparation de la phase de rail. RIEN d'autre.
Cette preparation est fondamentale, et implique de nombreux aspects tous aussi importants les uns que les autres. Il faut trouver le bon equilibre, equilibre qui variera en fonction des contextes.
Les PVs font partie de cette preparation, bien entendu.
My top
No board game found
kakawette
kakawette
Au passage pour ceux que ca interesse, pour avoir tester et Lancashire et Birmingham dans la configuration 2 joueurs, je pense que si il ne fallait en choisir qu'un seul je partirai sans trop de doutes sur Birmingham.
Il marche vraiment bien à 2. (même si meilleur à 3 ou 4, le jeu à 2 reste bien au dessus de beaucoup d'autres jeux de gestion... mais vraiment beaucoup)
Pas la peine de me taper palferso et T-Bow, je sais ce que vous en pensez.

Lancashire marche aussi, mais la pression est moins accentuée qu'à Birmingham où le terrain réduit et le fonctionnement des ventes obligent plus à se marcher dessus.
My top
No board game found
palferso
palferso
kakawette dit :Lancashire marche aussi, mais la pression est moins accentuée qu'à Birmingham où le terrain réduit et le fonctionnement des ventes obligent plus à se marcher dessus.

Oui. A Lancashire, il faut utiliser à 2 joueurs la map réduite du côté verso du plateau de l'édition ROXLEY pour que ce soit rigolo.

Merci pour ton retour.

J'avais plus de doutes quant à Birmingham car même si des cartes de lieux ont été virées, on a toujours la possibilité d'aller s'isoler vers les lieux "fermés" ce qui n'est pas possible avec la map réduite de Lancashire. Je pensais donc, à tort semble-t-il, que c'était surtout à Birmingham qu'il y avait moyen de moins se marcher dessus à 2 joueurs.

My top
No board game found
Le Zeptien
Le Zeptien
Hier soir au club, deux parties de Birmingham se sont jouées en parallèle sur des tables adjacentes, et naturellement, j'étais à l'une de ces tables pour disputer une partie config 4. Concernant mes adversaires, deux d'entre eux connaissaient Brass depuis longtemps (pour Palferso: il s'agit de Zhor et Bloodyraoul), le troisième avait découvert le jeu récemment. Aussi, les explications de règles furent courtes. Evidemment j'avais lu des commentaires et regardé la vidéo de monsieur Chaps, donc j'étais déjà préparé à me lancer sur Birmingham.
Certes, c'est un jeu du Maestro, mais j'avais déjà un a priori favorable rien que pour le nom : Birmingham est  la ville natale de Messieurs Tony Lommi et Ozzy Osbourne (Bloodyraoul, un commentaire ?), de Monsieur Nick Mason (on se prosterne s'il vous plaît, merci !) et de...

... Jyn Erso (enfin, Madame Felicity Jones je voulais dire)



Evidemment, la perspective de jouer à ce jeu présenté comme étant une bombe ludique particulièrement bien inspiré de ce monument qu'est Brass restait la motivation principale. J'ai affiché un petit sourire en apercevant les plateaux individuels, ainsi que les jetons caisses de marchandises : "Oh ! Un clin d'oeil à Age of Industry...". J'ai alors repensé à Pyjam, grand défenseur de AOI. Pour l'anecdote, j'ai opté pour  le personnage de Georges Stephenson, car Stephenson's rocket est toujours dans ma ludo...

Un brin tendu, j'ai longuement hésité avant de jouer ma première action. C'est qu'il faut d'abord se repérer sur ce nouveau (et beau) plateau, bien observer les demandes des différents marchés, les liaisons possibles en période canal, etc... bref, des problématique bien connues à Brass, mais pour les vétérans, il faut se méfier des automatismes acquis depuis longtemps.
Pour moi, la grande nouveauté sur le plan mécanisme, c'est naturellement le système commercial et le rôle de la bière. Cela implique de nouvelles contraintes particulièrement bien vues et des enjeux différents de celui du système des ports de la version Lancashire. Notons aussi la disparition du tirage aléatoir de tuiles sur le marché extérieur, un aspect du jeu qui dérangeait même parfois certains amateurs de Brass. Bref, étant un "brassiste lancashirien " depuis 2007, j'ai été enchanté de devenir également un brasseur birnminghamiens (on pourrait même dire birnminghameur non ?) en 2018.


A la fin de la période canal, voici les scores :
Canaux : Pierre 27 pts, Bloodyraoul 22 pts, Le Zeptien 17 pts, Zhor 11 pts.
Bâtiments (+ pts première vente) : Le Zeptien 26 pts, Zhor 18 pts, Pierre 18 pts, Bloodyraoul 15 pts.

Total fin période des canaux : Pierre 45 pts, Le Zeptien 43 pts, Bloodyraoul 37 pts, Zhor 29 pts.

Parmi les nouveautés, je n'ai pas touché à la poterie. Pas par timidité, mais devant tous ces changements, je me suis dit qu'il n'était de toute manière pas possible de tout faire. Alors je me suis lancé avec passion sur le développement de la sidérurgie, un peu de charbon, un peu de bière et des marchandises. Je n'ai pas joué l'action double-rail et je n'ai pas pris de cartes "joker" (je ne sais plus comment on les appelle) une nouveauté très interessante (par rapport à l'action "deux cartes" du jeu de base) mais étrangement, les autres joueurs n'y ont pas touché non plus.
J'ai juste un (tout) petit regret : j'aimais bien la tension sur la possibilité d'emprunt et cette limite fixée en fonction du nombre de tour restant. Sur ce plan, Birmingham à un autre point commun avec AOI. Maintenant, je sais que certains joueurs pensaient que cette contrainte n'apportait pas vraiment quelque chose de fondamental, nuisant même un peu au jeu...ce n'était pas mon avis mais bon... A ce sujet, j'ai emprunté deux fois (un emprunt en canal, un emprunt en rail) et j'ai fini...riche, malgré un revenu maximal de 13 £. Je me suis demandé si je n'avais pas fait un emprunt de trop...

A la fin de la période rail, voici les scores : 
Rails : Pierre 45 pts, Le Zeptien 37 pts, Zhor 33 pts, Bloodyraoul 32 pts.
Bâtiments (+ pts première vente) : Zhor 49 pts, Le Zeptien 48 pts, Bloodyraoul 45 pts, Pierre 26 pts
Score final période rail : Le Zeptien 85 pts, Zhor 82 pts, Bloodyraoul 77 pts, Pierre 71 pts.

Et donc : Le Zeptien 128 pts, Pierre 116 pts, Bloodyraoul 114 pts, Zhor 111 pts.
Très serré ! Mais bon, je vous le cacherai pas, j'étais ravi !

Bien, vous l'aurez peut-être ressenti en me lisant, j'ai trouvé cette nouvelle version d'un jeu déjà énorme... encore plus énorme. Je suis É-PA-TÉ ! La qualité d'édition, les nouveaux éléments, les nouveaux points de règles, tout ça... Comme quoi, le Maestro, quand il veut (et ne refuse pas un peu d'aide), en a encore dans le coffre ! J'ai vécu intensément cette partie tout en suivant avec attention celle qui se jouait derrière. Et évidemment, je pense n'avoir qu'effleurer les nouvelles possibilités offertes par Birmingham. Wahoutttccchhh !
My top
No board game found
palferso
palferso
Le Zeptien dit :Wahoutttccchhh !

Ah mon Zeptien!!! Rejouer à BRASS grace à ROXLEY et ses magnifiques éditions dans mes nouvelles contrées parisiennes me replonge non sans une certaine nostalgie dans les nombreuses parties qu'on a fait ensemble à ce jeu formidable avec Mlle A et M. Meeeuuhhh (entre autres), à l'époque où à la sortie du BRASS originel de Wallace on ne faisait quasiment que ça à l'association ou chez toi...




My top
No board game found
T-Bow
T-Bow
Je trouve ca toujours mignon a regarder et a ecouter, des vieux nostalgiques...
My top
No board game found
palferso
palferso
T-Bow dit :Je trouve ca toujours mignon a regarder et a ecouter, des vieux nostalgiques...

My top
No board game found