54
réponses
1
follower
By : Carlo444 | Wednesday, September 15, 2021 at 4:15 PM
Casimir Morel
Casimir Morel
Ou ne pas avoir une unique traduction de l'expression mais adapter au contexte pour que le texte final sonne français.

"J'ai besoin de plus de temps!" : atermoiements

*en bougeant une pièce* "Si je fais ça alors..." : tergiversations

"Je peux pas! Choisir c'est renoncer! " : irrésolution

"hummm" : hésitation

Et si l'AP dans le contexte désigne à la fois l'incapacité  à envisager les différents cas qui bloque le choix et l'exploration trop longue : indécision


 
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Je suis tout à fait d'accord : la richesse de la langue française permet de moduler le sens de l'expression originale.

Certes.

Mais, avec le souci de catégoriser qui nous caractérise en partie, un terme générique, un peu passe partout permet de dégrossir avant d'affiner. De plus, ce ne serait pas étonnant qu'il soit repris par le monde médical.

 
jmguiche
jmguiche
Gabriel Ombre dit :Je suis tout à fait d'accord : la richesse de la langue française permet de moduler le sens de l'expression originale.

Certes.

Mais, avec le souci de catégoriser qui nous caractérise en partie, un terme générique, un peu passe partout permet de dégrossir avant d'affiner. De plus, ce ne serait pas étonnant qu'il soit repris par le monde médical.

 

C’est déjà fait et c’est me première réponse ! 
ce phénomène n’est pas propre au jds , il existe déjà dans la langue française et a déjà un nom et même une page Wikipedia ! 😂

znokiss
znokiss
Le "constipation neuronale" sus cité (par Alpha ?), c'est parfait, je garde ! 
Bento
Bento
znokiss dit :Le "constipation neuronale" sus cité (par Alpha ?), c'est parfait, je garde ! 

Sinon, il y a aussi "le principe de précaution" : on n'est pas sûr à 100%, donc on ne fait rien...au risque d'avoir une conséquence grave de ne rien faire (toute ressemblance avec l'actualité est fortuite...ou pas).

Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Bien cher jmguiche,

Il faut parfois me lire entre les lignes ;) Sinon, oui, pas de souci :)
MasterMindM
MasterMindM
Gabriel Ombre dit :Il faut parfois me lire entre les lignes

Pour trouver dans tes chansons tout ce que tu n'as pas su nous dire ? 

Rodenbach
Rodenbach
MasterMindM dit :Je vois quand même une différence entre :
 1) Le jeu est paralysé car je réfléchis longtemps
 2) Mon analyse est paralysée car les composantes du jeu me dépassent et je n’arrive pas à en tirer quelque chose qui me conduise à trouver un bon coup

Dans le premier cas, on est plutôt sur les parties d’échec à 3 heures chacun où les temps d’analyse sont parfois très longs mais potentiellement pertinent.
Dans le cas numéro deux, c’est pour moi plutôt l’envie de ne pas vouloir jouer « au hasard » tout en ayant pas la compétence de trouver des éléments permettant de différencier les coups.

Bref, la différence entre un ordinateur un peu lent qui finit par donner un résultat et le moteur à pomper perpétuel du shadock qui ne débouche sur rien 

J'ai toujours mis les deux cas dans analysis paralysis.
Alors que d'un côté du spectre on a MMM et de l'autre el payo. 

Et moi au milieu.

Casimir Morel
Casimir Morel
Gabriel Ombre dit :[...]

Mais, avec le souci de catégoriser qui nous caractérise en partie, un terme générique, un peu passe partout permet de dégrossir avant d'affiner. De plus, ce ne serait pas étonnant qu'il soit repris par le monde médical.

 

Indécision dans ce cas, non? AP sur trictrac et hésitation dans les règles de jeu? (Je comprends l'utilité du terme draft pour chercher un jeu, mais ça m'a gêné de le lire dans des règles)

@jmguiche je crois que la page Wikipédia est essentiellement une traduction, je n'ai pas vu d'articles en français dans les citations.

Halfly
Halfly
Et quand à code names votre partenaire cherche 3-4min un mot pour au final abandonner et donner un mot en 1... On est dans quel cas là ? 😅
Atreyo
Atreyo
MasterMindM dit :
Gabriel Ombre dit :Il faut parfois me lire entre les lignes

Pour trouver dans tes chansons tout ce que tu n'as pas su nous dire ? 

😄

Iskander
Iskander
Paralysie analytique me semble très bien, en analogie à paralysie musculaire, etc.
Rodenbach
Rodenbach
Et pourquoi pas analyse-paralysie ? Comme ça on lie en une seule expression les deux interprétations. On ne sait pas si c'est analyse qui est en apposition de paralysie, ou l'inverse, ça me va très bien.

Ou l'inverse : paralysie-analyse ...

Non c'est nul en fait.

Et si on faisait semblant qu'analysis paralysis c'était du latin et on continuerait de l'utiliser comme si de rien n'était ? 
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Alors parfois, au gré des circonvolutions des méta thèmes fourmillant dans les esprits paradoxaux humains, il arrive que se télescopent des actualités, qui, si elles ne sont guère brûlantes, n'en interrogent pas moins le monde quant à la nature des coïncidences troublantes dont je témoigne ici :

Voilà-t-y pas que je vous brossait l'ouvrage "Pensez comme un grand maître" d'Alexander Kotov pas plus tard que la dernière semaine et qu'un article sur cet ouvrage paraît sur le site d'Europe Echecs. Bon, le contenu est accessible uniquement aux abonnés... on ne gagne pas à tous les coups...

Néanmoins, cela m'a incité à le relire pour me rafraîchir sinon les idées, du moins mes maigres cartouches sur le sujet.

Même quand le temps limité n'existait pas aux échecs, il arrivait assez régulièrement qu'un joueur, pourtant remarquable, jouait un coup archi perdant après une longue réflexion. 

Et quand, dans l'analyse post mortem de la partie, on en demandait les raisons, il en ressortait une sorte d'aveuglement dû à l'impossibilité rationnelle de mener une réflexion à son terme à cause de la complexité de la position et des possibilités très importantes de mouvements.

A partir d'un certain niveau, les joueurs tissent un plan général, une stratégie globale, en prenant un thème particulier propre à la partie : attaque d'un roque affaibli, pions isolés, chaîne de pions fragile et ainsi de suite. Donc, pour faire simple, le plan consiste souvent à trouver une suite de coups menant à la réalisation de ce plan, avec plus ou moins de bonheur.

Entre parenthèses, ça change un peu de certains youtubeurs ne jurant que par la tactique et les coups douteux pour faire sauter une position et surtout la réflexion de l'adversaire, stressé par le temps lors de ces parties éclairs ou tout le monde à sa chance sur tout le monde.

Mais là, pas de stress dû au manque de temps. Juste qu'à un moment, les calculs deviennent si compliqués, les suites de coups s'enfoncent si loin que tout devient nébuleux et obscurcit l'esprit d'analyse. Cela aboutit à un rejet de cette réflexion, à une espèce de fatigue nerveuse qui ne peut plus calculer rien d'autre et se conclut par un coup qui semble a priori plausible mais sans les gardes fous naturels que s'imposent les bons joueurs. Et paf, la gaffe.

Ce phénomène est connu depuis longtemps et la pendule est arrivée car, quand même, certains jouaient si lentement qu'il n'était pas rare que les organisateurs prévoient des sorties culturelles durant les parties, puisque, de toutes façons les joueurs ne pouvaient pas perdre au temps.

La plupart des joueurs prédisaient, au début de l'instauration d'un temps limité, que les erreurs seraient plus nombreuses et la qualité des parties moindre.

Or, la pratique montre le contraire. Les joueurs se sont adaptés et ont modifié leur méthode de réflexion. L'un des principes fondamentaux, c'est de suivre en premier son plan de jeu et donc d'avoir en tête un coup à jouer qui est dans l'esprit de ce plan ou simplement pour parer une menace. C'est le coup en réserve. Et puis, si un certain nombre de conditions sont présentes dont par exemple, l'intuition du joueur, alors on peut se permettre de pousser son analyse. Et si on y arrive pas, pas de soucis, il y a le coup de réserve.

On peut transposer dans nos jeux de société, je pense. Alors, quand on rencontre un joueur qui prend beaucoup de temps et qui finalement joue n'importe quoi, outre la déception générale, ce serait sympa de lui toucher un mot de cette méthode car, je l'espère, chacun ici préférera nettement avoir un peu de compétition que de s'enorgueillir de gagner à coup sur face à des joueurs qui ne demandent qu'à apprendre.

La mise en place d'un temps limité pour chacun, lors d'une partie, est alors non plus une menace ou une source de stress, surtout si on utilise un sablier, mais simplement une bonne pratique pour jouer à peu près à armes égales et dans le respect mutuel des temps d'attente de chacun.

Evidemment, une cadence d'un coup toutes les 3 secondes, c'est plus de la fabrication de cortisol, d'adrénaline, d'ocytocine et de vasopressine que de dopamine...

Choisir les termes paralysie analytique plutôt que paralysie d'analyse est sans doute une question de goût, de sensibilité de chacun. Oui, en comparant avec la paralysie musculaire plutôt que du muscle, on aboutit à une homogénéité qui a ses qualités.

Mais je ne cache pas que le seul terme analytique me renverra toujours l'image de ces charlatans qui, depuis la fin du 19ème siècle, ont soutiré des sommes considérables à des gens trop crédules qui pensaient de bonne foi que leurs problèmes existentiels pouvaient se résoudre sur un canapé.

 
Casimir Morel
Casimir Morel
Rodenbach dit :[...]

Et si on faisait semblant qu'analysis paralysis c'était du latin et on continuerait de l'utiliser comme si de rien n'était ? 

analysis paralysin?

cedric-XIII
cedric-XIII
Très intéressant et le parallèle jds et échecs et tout à fait pertinent. 
J"applique en général la méthode de "la 1er intution est souvent la bonne". Bon surtout par fainéantise intellectuelle  mais apparemment c'est pas un si mauvais choix.
Rodenbach
Rodenbach

Mais je ne cache pas que le seul terme analytique me renverra toujours l'image de ces charlatans qui, depuis la fin du 19ème siècle, ont soutiré des sommes considérables à des gens trop crédules qui pensaient de bonne foi que leurs problèmes existentiels pouvaient se résoudre sur un canapé.

Oulah, t'es sûr de vouloir aller sur ce terrain là ? 
 

Albumine Tagada
Albumine Tagada
Paranalyse ou Paranalysie ?
Rodenbach
Rodenbach
Albumine Tagada dit :Paranalyse ou Paranalysie ?

Ça m'a traversé l'esprit et j'avoue que c'est efficace ! Le mot valise est un outil efficace de la langue française !

Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
Je ne fais pas de complexe ;)

Non, bien sûr, c'est au delà du hors sujet :)

Il y a dans la vie parfois des choix que l'on ne veut pas faire. Peut-être que dans le jeu, il y a un reflet de cela qui se manifeste par des prises de décisions surprenantes pour les autres ?

Je ne peux pas aller plus loin. Je n'y connais rien.

Mais jouer avec ses amis, au delà du désir et de la volonté de vaincre, c'est aussi porter un regard sur leurs actions et réactions... Sur ce que chacun peut surmonter et supporter dans le jeu afin d'apaiser et de profiter de ces moments conviviaux qui font qu'au terme, personne ne regrette d'être venu.

Alors si on peut éviter ces blocages si frustrants, pourquoi ne pas faire preuve d'un peu de bienveillance ?
Gabriel Ombre
Gabriel Ombre
C'est joliment trouvé, Albumine Tagada :)

Mais... Ça ne fait pas un peu penser à paranoïa ?
Bento
Bento
Albumine Tagada dit :Paranalyse ou Paranalysie ?

C'est la paralysie d'une partie précise de notre anatomie? 
Ca doit être assez pénible et douloureux! 🤔

Pourquoi pas Paranalysis?
Ça fait nom de MST 😶