This game has been added to the database at Nov 2, 2003

edition 2003
Illustré par Kazuki Takahashi
Édité par Mattel

Standalone

Langues des règles : French

Achetez le sur
Button to buy on PhilibertButton to buy on Boutique LudiqueButton to buy on Amazon
Game description

Inspiré du célèbre animé japonais, le jeu Yu-Gi-Oh ! DungeondiceMonsters vous permet d’invoquer des créatures afin de vaincre le premier le Maître des créatures adverses.
Le starter contient tout le matériel pour deux joueurs.
Chacun pose sa figurine du Maître dans la case prévue à cet effet.
Les créatures sont réparties équitablement entre les joueurs. Des recharges sont disponibles pour varier les créatures et les possibilités d’actions.
On commence par choisir le type de dés que l’on veut lancer. Si les dés de faible pouvoir permettent d’invoquer facilement des créatures de faible pouvoir, les dés plus puissants offrent moins de chance d’invocation.
Un fois le jet de dé réalisé, le joueur regarde s’il peut invoquer une créature et le niveau de celle-ci. Les dés permettent aussi de gagner des points d’attaque, de défense, de mouvement ou de pouvoirs spéciaux. Ceux-ci sont stockés sur un boulier pour être dépensés au moment désiré par le joueur.
Chaque joueur posera des couloirs qui lui permetront d’atteindre la case du Maître adverse.
Bien entendu des rencontre suivies de confrontrattion se déroulent sur le chemin. Chaque créature possède des capacités particulière qui sont inscrites sur une carte personnage. Pour effectuer certains pouvoirs, il faudra utiliser les points mis en réserve.
Le joueur qui réussit à toucher 3 fois le Maître adverse remporte la partie.
Matériel :
1 plateau de jeu souple
6 figurines peintes de créature
1 maître des monstres
7 cartes (english)
12 dés spéciaux
2 bouliers
10 sections de souterrain
1 feuille de marques de dommages
1 manuel de règles (english, français)

Game play
jusqu'à 2 joueurs à partir de 8 ans 40 min
Language of rules : French
Prix public conseillé : ~

 Positive reviews

vs

 Negative reviews

No review

 What we like

No more/less
vs

 What we don't like

No more/less